Trucages de cinéma : pourquoi des fonds verts ?

Publié le par Yves-André Samère

Évidemment, vous avez tous vu à la télévision des séquences de météo, où le préposé à ce travail stationne devant un écran vert. Or tout ce vert doit disparaître afin d’être remplacé par des images animées illustrant le temps qu’il fera (si vous avez de la chance). Mais pourquoi un écran vert ? Car vous avez aussi entendu parler de tournages de films où l’on se servait d’un écran bleu. En réalité, la couleur de ce fond n’a pas vraiment d’importance, car il pourrait être rouge si le réalisateur est communiste, ou noir s’il est en deuil. L’important est ailleurs.

Ce fond, en fait, est destiné à... être effacé par un procédé électronique, de telle sorte que le type qui parade devant puisse rester seul dans l’image. C’est ce qu’on appelle « détourage », opération qui consiste à effacer tout ce qu’on ne désire pas garder dans une image. Et si tout ce qu’on désire éliminer est d’une seule et même couleur, cela peut se faire automatiquement. C’est d’ailleurs ainsi qu’on fabrique un cache à partir d’un personnage, mais je vous en parlerai peut-être une autre fois. Donc, désormais, le fond est noir. Et sur ce fond noir, on peut incruster n’importe quelle image, au besoin animée, pas forcément celle de la météo, qui va venir remplacer tout ce noir. Et c’est un logiciel spécial, appelé Chroma Key, qui va faire l’incrustation. Et vous commencez à comprendre pourquoi on a choisi la couleur verte : c’est parce que la peau d’un être humain est rarement verte (quoique, avec un Martien, cela ne marcherait pas). De même, le personnage qui doit demeurer visible ne doit pas avoir de vert dans son costume, car, s’il néglige ce détail, les parties vertes vont apparaître transparentes, et le personnage semblera « troué » ! Du reste, on a vu, ce soir dans Quotidien, et à titre de plaisanterie, la robe verte d’une chroniqueuse servir de fond pour y incruster... la Tour Eiffel !

Je signale au passage qu’un écran vert coûte assez cher, entre deux cents et trois cents euros, et ne doit pas comporter de plis visibles, qui seraient d’une couleur un peu différente et se verraient à l’image. C’est pourquoi, en cas de tournage professionnel, si des plis apparaissent, les techniciens tendent la toile et la fixent sur le bord du support avec des pinces. Il faut aussi soigner l’éclairage, pour éviter les ombres parasites causées par le personnage qui parle devant le fond.

Vous avez sans doute compris que ce n’est pas si simple, même si le principe qui commande l’opération est très facile à comprendre. Des films entiers ont été réalisés ainsi, car ce procédé ne date pas d’hier, il a été inventé en 1940 – certains disent 1930.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Au fait. "Verts" dans le titre. Ou j'ai manqué la blague.
Répondre
Y
Merci. J’ai corrigé.
J
J'ai hâte de lire ta prochaine note sur le sujet, parce qu'en 1940, Chroma Key ne devait pas être au point.
Répondre
Y
Je n’ai pas écrit que Chroma Key existait en 1940. Ce qui existait, c’était le principe de remplacer le fond par une image séparée. Lire ceci : https://www.movavi.com/fr/support/how-to/how-to-use-chromakey-effect.html.
K
Des fonds vers ?????
Répondre
Y
Trois lecteurs m’ont signalé la coquille... que j’ai corrigée. Merci !