Être ou faire, that is the question

Publié le par Yves-André Samère

Comme prévu, le cortège de la Gaypride, rebaptisée « Marche des Fiertés », est bien passé près de chez moi. Mais comme j’étais sorti pour aller faire une course non loin, j’ai raté l’appel téléphonique d’un ami, qui m’a appelé juste à ce moment-là, et qui était dans le quartier. Bien, nous nous en remettrons, lui et moi.

Retard traditionnel du défilé arc-en-ciel sur l’horaire prévu, si bien qu’à l’heure où je mets sous presse, comme disait San-Antonio, je n’ai pu voir que l’avant-garde de la Révolution sexuelle en marche. Le slogan choisi par les organisateurs était foncièrement réconciliateur, puisque les manifestant hurlaient « Tout le monde déteste la police ! », au grand ravissement des policiers qui assuraient le service d’ordre – et par conséquent garantissaient la sécurité des braillards –, et qui étaient exceptionnellement nombreux (les policiers, pas les braillards). Mais tout le monde ne peut pas être intelligent et trouver des slogans convenables. Fallait me demander, les gars, j’adore donner un coup de main, faute de donner des coups de poing.

À propos (de quoi ?), il faudra qu’on m’explique le sens de cette expression, Marche des Fiertés, puisque, sot comme je suis, je ne parviens pas à piger en quoi on devrait être fier d’être ceci ou cela. On peut être fier de ce qu’on FAIT, pas de ce qu’on EST. Au fond, cela relève du même système de pensée, qui veut qu’on hurle des slogans en faveur de son équipe de football – qu’on « supporte », paraît-il, et bonjour aux anglicismes.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 02/07/2018 01:45

Votre propos me rappelle cette maxime "la jeunesse n'est pas une qualité, et la vieillesse n'est pas un défaut".

Yves-André Samère 02/07/2018 12:21

L’auteur (pardon : l’auteurE) s’appelle Monique Gouiran. La phrase figure dans son livre, « Le roman de Lucy », publié chez un éditeur confidentiel, Mon Petit Éditeur.

DOMINIQUE 02/07/2018 09:23

J'ai attrapé cette phrase au vol lors d'une émission de radio, mais je n'ai pas non plus le nom de l'auteur.

Yves-André Samère 02/07/2018 07:55

Je ne connais pas l’auteur de cette phrase, mais cela me semble assez juste.