Plouf !

Publié le par Yves-André Samère

Mon titre de ce soir évoque une chanson des Wriggles, que j’aimais beaucoup (hélas, ils se sont séparés).

J’étais certain que cela allait se produire, mais je ne savais pas dans combien de temps. Eh bien, cela n’a pas traîné : le couple impérial, Leurs Majestés Emmanuel et Brigitte, par la grâce de Dieu souverains de notre République, après avoir lancé le projet de renouveler, pour seulement 500 000 euros, la vaisselle du palais impérial (puisque ces hauts personnages ne sont pas habitués, quelle horreur, à manger dans de la vaisselle en carton, ni même en porcelaine de Limoges), ont décidé, sans demander l’avis de ces cochons de payants que nous sommes, de se faire creuser une piscine au fort de Brégançon, afin de préserver leur intimité durant les deux semaines de vacances qu’ils prendront. Normal, non ? On ne va tout de même pas faciliter le travail des paparazzi, ou aller se baigner dans la mer, comme un vulgaire Sarkozy ! Même si on estime que seulement deux semaines de bronzette, c’est bien court.

Détail : comme le fort de Brégançon est un bâtiment classé, il est illégal d’y creuser dans le jardin. Mais qui sont donc ces gens qui s’opposeraient à la volonté impériale ? Ces marauds mériteraient qu’on rétablisse la peine de mort pour crime de lèse-majesté. La piscine impériale, par conséquent, sera « hors sol ». On fait donc savoir à l’Élysée que le budget total du fort, qui est de 150 000 euros par an, une broutille qui prête à sourire par sa modestie, ne sera pas dépassé. Reposons-nous sur la fiabilité habituelle des promesses de Sa Majesté, même si on n’est pas encore certain que les Bâtiments de France donneront leur autorisation – puisque, hélas, celle-ci sera indispensable. Le monde est injuste.

Certes, le premier secrétaire du Parti Socialiste, Olivier Faure, a fait état de sa mauvaise humeur, mais on devine que ce n’est que de la jalousie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
C'est pour éviter que les paparazzi se noient en voulant les photographier sur la plage, voyons !
Une piscine hors sol, généralement en bois et démontable (l'architecte des monuments peut respirer), est beaucoup moins chère qu'une en dur et enterrée. D'autant que Brégançon est sur un rocher, donc le trou (conséquent) serait très difficile à faire et irréversible.
Répondre
Y
S’ils avaient pu se noyer en entraînant leurs cibles, j’aurais offert une tournée générale.