Qui a réalisé « Citizen Kane » ?

Publié le par Yves-André Samère

Le 20 mai dernier, j’avais écrit un premier article sur les trucages de cinéma, un sujet qui m’intéresse depuis toujours, et avais imprudemment promis d’en écrire d’autres. Disons, « UN autre ». Je vais donc m’attaquer à un monument du cinéma, le premier long métrage d’Orson Welles, sorti en 1941, Citizen Kane (oui, il avait fait auparavant quatre courts métrages, le premier à dix-huit ans). Mais je vous signale que je serais incapable de parler de tous les plans de ce film qui ont été tripatouillés, car... ils le sont quasiment tous !

Je vais donc parler d’une seule image de Citizen Kane, celle où l’on voit Susan, la femme de Kane, dans le coma après sa tentative de suicide. Elle est très particulière (l’image, pas Susan), et a déjà fait l’objet de diverses exégèses, que j’ai tenté d’expliquer sommairement.

Allez donc lire cette page, suffisamment documentée je crois, et pensez à ceci : ce qu’on voit à l’écran n’est presque jamais ce qui existe réellement !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
Bismarck disait : "Si les gens savaient comment on fait les saucisses, plus personne n'en mangerait".
Répondre
Y
Entendu cette phrase ce matin sur France Inter. Quelle coïncidence !
D
Mais justement, c'est cela qui est bien : ne pas savoir comment c'est fait ! Si par extraordinaire on découvre que Vinci crachait sur ses pinceaux avant de peindre, et les rinçait dans de l'urine, que la divine recette de ce chef multi étoilé est à base de navets bouillis (ou de libellules en poudre), où serait la magie ?
Je suis une indécrottable spectatrice, qui ne veut par exemple pas savoir comment sont faits les tours de magie, et qui croit dur comme fer que Kirikou ou les Schtroumpfs existent pour de bon.
Ce qui ne m'empêche pas d'avoir été ravie d'apprendre comment Fred Astaire danse sur les plafonds, sans que sa cravate pende, ni que les jambes de son pantalon, pourtant larges, ne remontent.
Répondre
Y
Je n’ai pas du tout parlé de livres. Cela ne coûte rien, d’écrire un livre. C’est le seul art entièrement gratuit.
D
C'est vous qui avez raison, pour certains domaines. Mais, par exemple, un livre passionnant n'a aucun procédé de fabrication, si ce n'est un auteur qui a imaginé une histoire. Il y a peut-être des "trucs" d'écrivain, mais l'ensemble n'appartient qu'à sa plume.
Y
Je suis fait autrement. Je veux savoir, sachant qu’il y a une explication à tout. C’est, pour moi, plus intéressant que le résultat. On ne se refait pas. Il est possible que je sois un scientifique caché !