Qui est le plus mal élevé ?

Publié le par Yves-André Samère

Le journal de droite « Le Figaro » possède un site sur Internet, lefigaro.fr, qui consacrait avant-hier un article étrillant vigoureusement le comportement scandaleux de Macron contre ce garçon de quinze ans qui s’était permis de l’interpeller par son diminutif. Cet article, qui ne peut être vu que par les abonnés au site, est néanmoins suivi par les commentaires de ceux qui l’ont lu. Ils sont soixante-neuf, je les ai tous lus, et en ai relevé une bonne quarantaine qui condamnent Macron. Thème le plus répandu : c’est le président qui s’est montré grossier, car il a commencé (et continué) en tutoyant le garçon, qui n’avait rien fait de tel.

Alors, comme ça, on peut manquer de respect à un (futur) citoyen, et, ensuite, lui donner une leçon de politesse ? Mais pour qui se prend-il, ce foutriquet qui n’a été élu à la présidence que par une minorité de votants ? Il devrait se souvenir qu’il n’a gagné l’élection présidentielle que par défaut, parce que la majorité des Français ne voulaient pas de Marine Le Pen comme chef d’État. Autrement dit, il n’est légitime que par raccroc.

Désormais, ne sommes-nous pas en droit de lui dire, comme Sarkozy au bon vieux temps, « Casse-toi, pauv’ con » ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
Et alors, ne suis-je pas un débutant ?
Répondre
Y
Je n’ai pas bien compris en quoi tu « débutais ». Tu veux peut-être dire que tu inaugurais.
M
Guy Carlier a donné une très bonne définition de l'événement sur Europe 1.
Répondre
Y
Ciel ! Il y a encore des amateurs qui écoutent Europe 1 ? La dernière fois que je l’ai fait, c’était pour écouter mon cher Eddy Moniot, qui a fait quelques chroniques en juillet dernier.
K
Que de haine envers notre président qui simplement "mouché" un p'tit trouduc adolescent. Il va s'en remettre et gardera son 1/4 d'heure de gloire pour sa vie entière. Si il est traumatisé, il y a des cellules de soutient psychologique qui sont à l’affût pour guérir son terrible mal-être.
Il y a des choses plus importantes dans l'actualité, comme par exemple le foot, le foot et le foot.
Je me mets en retrait des médias jusqu'à la fin de cette mascarade hurlante de supporters alcoolisés.
Heureusement, ce blog semble être immunisé contre cette nuisance et je continue à le suivre .
Répondre
Y
Ah, les « cellules de soutien psychologique » ! Si elles n’existaient pas, il faudrait les inventer. Cela dit, être traumatisé dans l’enfance après une vexation en public, ce n’est pas une invention. Et je ne suis pas certain qu’on s’en remette si facilement. Ni que cela ait constitué, pour ce garçon, un « quart d’heure de gloire ».