Vrai Français...

Publié le par Yves-André Samère

Je dois être un mauvais citoyen. En effet, hier soir, à l’heure où « tous les Français étaient derrière les Bleus » [sic], je me trouvais, moi, derrière la biographie de Catherine de Médicis, un gros livre qu’une amie m’avait envoyé, ce dont je la remercie, car il va m’occuper durant des semaines.

Conséquence : j’ai su que l’équipe française de balle au pied avait vaincu l’équipe belge du même métal, seulement ce matin, lorsque mon radio-réveil s’est allumé, comme chaque matin, à sept heures et demie. Il est vrai que j’aurais pu deviner dès hier ce qui se passait, à entendre les hurlements qui retentissaient un peu partout dans le voisinage, et qui ne saluaient certainement pas le sauvetage d’un jeune Thaïlandais de plus parmi les prisonniers de la grotte maudite où les avait entraînés, justement, leur entraîneur de football – une parfaite andouille de vingt-cinq ans. Un génie, ce type : pour suivre un entraînement de football, quel meilleur endroit, en effet, qu’une grotte inondable ? Signalons qu’il y a déjà une victime de ce choix brillant, un sauveteur de 38 ans, Samarn Poonan, ancien plongeur d’élite de la Marine thaïe, qui s’est noyé en tentant un sauvetage. S’il apprend ce détail, Macron va sûrement se précipiter pour lui coller une décoration.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
L'avantage de vivre à la campagne : je n'ai été dérangée hier soir que par des oies qui s'engueulaient. De vraies oies, avec plumes et bec. Ces trucs là font un raffut du diable, mais pas longtemps (contrairement aux supporters). Sinon, silence total.<br /> Bien sûr, on n'a pas pu échapper à la nouvelle ce matin.
Répondre
K
Effectivement, un génie, ce coach ( on ne dit plus entraîneur , c'est ringard ) pour faire de la spéléo en période de mousson . Pour être descendu une fois dans une petite grotte et avoir passé quelques boyaux , j'en ai gardé une phobie de cette activité. Cela fait partie de mes cauchemars récurrents, être bloqué sous terre.
Répondre
Y
Moi de même. Jamais je ne m’enfermerais dans un endroit pareil. Si ce gars y était allé seul, passe encore. Mais il y a entraîné une douzaine de gosses ! Si leurs parents ont un peu de bon sens, ils devraient le traîner devant un tribunal pour mise en danger d’autrui – au cas où ce délit existerait dans le Code pénal thaïlandais. Sans compter la famille du militaire qui s’est noyé en voulant secourir les séquestrés. C’est curieux, personne n’a soulevé la question, jusqu’ici.