La Poste, un vrai service...

Publié le par Yves-André Samère

La question (brûlante) du jour est celle-ci : y a-t-il, dans ce pays, une loi qui OBLIGE les citoyens à se ruiner pour acheter un téléphone mobile ? Apparemment, oui ! Et si vous ne le faites pas, vous n’êtes pas en règle, car vous risquez de vous retrouver en défaut de paiement.

Explication.

Je dois payer une petite somme à ma mutuelle. Il suffisait de lui envoyer, dans une enveloppe jointe à sa lettre de rappel, un chèque de paiement d’un montant minime. Or mon compte bancaire est au Centre de Chèques Postaux de Paris. Il ne me restait aucun chèque vierge, et le CCP s’engage à renouveler votre chéquier lorsqu’il est épuisé sans qu’on le lui demande, mais il n’en a rien fait depuis des années ! J’ai prié, par lettre, qu’on m’envoie un carnet de chèques de paiement, mais les employés du CCP sont si futés qu’à la place, on m’a envoyé... des enveloppes. Et le chèque de virement que j’ai envoyé à ma mutuelle pour tenter de me mettre en règle n’a pas été accepté. Bien.

Donc, j’ai tenté un paiement en ligne, via le site Internet de ma mutuelle, en me servant de ma carte bleue délivrée par le Centre de Chèques Postaux, opération que je fais couramment et sans aucune difficulté, par exemple pour acheter chez Amazon. Mais là, au moment de valider mon paiement, une fenêtre dite CERTICODE s’ouvre, me priant de taper un numéro de code reçu par SMS. Le malheur est que mon téléphone (fixe) ne reçoit aucun SMS : ladite fenêtre affiche bien mon numéro de téléphone fixe, mais elle refuse qu’on le modifie. Seule solution suggérée : abandonner la tentative de payer ma dette, et aller à la Poste le faire changer par un employé (on dit « un conseiller »), au profit d’un numéro de téléphone mobile. D’où ma question du début. Mais, à la Poste, aucun conseiller ne peut me recevoir. On me donne le numéro de téléphone d’une conseillère censée travailler à la Grande Poste de la rue du Louvre, qui... est fermée pour travaux depuis des mois ! J’appelle néanmoins, mais son répondeur me rétorque que la conseillère est en vacances, et ne rentrera que le 28 septembre, me dit cet humble serviteur. Nous sommes bien le 28 septembre, mais elle n’est toujours pas revenue de son congé. Ben oui, travailler à la Poste, ça épuise.

Ainsi, je suis coincé de toutes parts. Réponse à la question posée en préambule : oui, il est obligatoire de se ruiner dans l’achat d’un téléphone mobile, qui ne servira sans doute à rien, mais comme tout le monde en a un, il est interdit de ne pas faire comme tout le monde.

Si demain vous apprenez que la police vient de m’arrêter pour dettes, comme le père de Charles Dickens, ne vous étonnez pas, et préparez-vous à m’envoyer des oranges.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

kotec le chat gris 30/09/2018 12:00

Dans la forme , vous avez raison ! Mais un téléphone capable de recevoir ( et d'émettre) des SMS coûte seulement une vingtaine d'euros. Pour ce prix, pas de wifi, de système d'exploitation sophistiqué, de clavier virtuel ou d'écran full HD 8K oled, mais seulement un téléphone pour parler avec son correspondant. Je dois en avoir 3 ou 4 qui traînent dans les tiroirs chez moi. Un abonnement à 2 euros suffit bien à le rendre opérationnel .

Yves-André Samère 30/09/2018 12:53

La question n’est pas le prix de ces téléphones à usage réduit. Elle est dans l’OBLIGATION qui est faite d’en acheter un, même s’il ne doit servir à rien. D’autant plus que même ces téléphones peuvent pister le moindre de vos déplacements !