Ministre moins cultivé qu’un journaliste

Publié le par Yves-André Samère

Je ne dois pas être le seul qui s’agace de l’obstination tendant à l’emploi constant – et ridicule – du mot compliqué. Il existe tant d’autres possibilités de dire les choses, sans déformer la réalité par manque de culture, et flemme de chercher un mot plus adéquat.

Aujourd’hui, j’ai entendu Ali Baddou donner une leçon de français à un ministre, en l’occurrence Agnès Buzyn, qui tient le ministère des affaires sociales et de la santé. À propos de je ne sais plus trop quoi, elle venait de dire que les choses étaient « compliquées », et, naturellement, le mot tombait à côté de la plaque, comme toujours. Or, le cher Ali a rectifié : « Pas compliquées ! Impossibles ».

Ce que je me tue à répéter depuis des mois. En effet, les ignares qui font de la politique, et bornent leurs discours à ressasser inlassablement le même mot inapproprié, manquent nettement de vocabulaire, c’est le moins qu’on puisse dire. Alors qu’Ali, lui, est agrégé de philosophie, et qu’il a enseigné à Sciences Po, où il a eu comme étudiant Macron. Qu’il soit du même avis que moi indique donc que je ne me trompe pas tant que ça, bien que je sois pas agrégé de philosophie, loin de là !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :