Sauver quelque chose, oui, mais quoi ?

Publié le par Yves-André Samère

Grosse surprise, ce matin, sur France Inter, et de la part de quelqu’un dont je n’attendais rien : Cécile Duflot ! Elle a osé dire ce que personne ne dit jamais (hormis votre très humble serviteur), à savoir que le slogan sauver la planète, inlassablement radoté par tout le monde, n’a aucun sens. Elle l’a dit, la planète n’est pas en danger, la Terre a très bien supporté l’extinction des dinosaures. Non, ce qui importe, c’est l’humanité, c’est l’espèce humaine, qu’il faudrait secourir.

Cette distinction, qui devrait être une évidence, n’est perçue par aucun des bavards qui déblatèrent un peu partout. Si l’exemple de Cécile Duflot pouvait enfin frapper l’intelligence des foules, ce serait ça, le vrai changement !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Je ne voudrais pas m'en prendre à votre ego, mais l'idée que l'humanité est bien plus précaire que la planète ne date pas d'hier, ni d'avant-hier. Duflot ne fait que recycler une vieille vérité pour essayer de refaire surface. Le joyeux Pelt ne regrettait pas l'extinction de la race humaine .
Mais distinguons :
La planète : ,personne ne peut la détruire sauf les lois de la nature;
La vie : on a les moyens de provoquer une extinction, mais la vie ne disparaîtra pas;
les hommes : gros points d'interrogation. :
Répondre
Y
Ce que j’ai voulu dire (et que j’ai dit assez clairement, je crois), c’est que JAMAIS je n’ai entendu exprimer cette opinion sur quelque médium que ce soit. Rien d’autre.