Un fils oublié

Publié le par Yves-André Samère

Bonne idée d’avoir, hier soir, programmé une émission de Secrets d’Histoire consacrée à celle qu’on appelle « la reine Margot », pour reprendre le titre donné à son roman par Alexandre Dumas – que j’ai lu. Mais, au-delà du ton très favorable à ce personnage qui eut tout de même beaucoup de choses à se reprocher, j’ai tout de même relevé une erreur commise par l’un des historiens préposés aux commentaires. En effet, il a été dit que Catherine de Médicis, après la mort de certains de ses enfants, n’en avait conservé que six, trois garçons et trois filles.

Inexact ! Bien sûr, on connaît les trois garçons qui sont devenus rois de France : François II (le mari de cette pauvre Marie Stuart), Charles IX, Henri III. Mais on oublie son quatrième fils, bizarrement prénommé François lui aussi, François de France, duc d’Alençon, puis duc d’Anjou. Lui, opposé à ses frères mais allié de circonstance avec sa sœur Marguerite, n’a jamais été roi, et le trône de France lui a été soufflé par Henri de Navarre, justement le mari de Margot, et qui est devenu Henri IV. Il semble avoir été détesté par à peu près tout le monde, mais cela ne change rien.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Ce garçon, qui était presque nain et gravement marqué par la petite vérole, avait comme prénom François-Hercule. Dieu sait pourquoi, le Hercule a vite disparu !
Répondre
D
Quand le pouvoir est héréditaire, c'est un peu comme jouer au poker. Là, ce n'était pas forcément les bonnes cartes.
Y
Ils étaient tous malades, dans cette famille. Et pas seulement physiquement.
D
Je parlais du prénom, pas du bonhomme ! Qui était fort peu sympathique, là je parle du bonhomme !
Y
Il a disparu parce qu’il est mort, à 29 ans, de tuberculose.