Charles Aznavour

Publié le par Yves-André Samère

Jamais je ne me suis intéressé à Charles Aznavour, dont hier la mort a été annoncée. Non pas que je nie son talent d’écriture, mais les chansons d’amour me laissent froid.

Cela dit, j’ai vu un grand nombre de ses films, le premier, Tirez sur le pianiste, étant dû à François Truffaut. Mais rien d’étonnant, la plupart des chanteurs font des acteurs tout à fait convenables, car le métier est le même. Tout à fait à part, Brassens a évité de jouer la comédie dans un film, le seul où il est paru est dû à René Clair et s’intitule Porte des Lilas, que très peu de cinéphiles ont vu.

Inévitablement, on va nous refaire le coup de Johnny Hallyday, avec des cérémonies à grand spectacle : bougies, bouquets de fleurs, et peut-être que Madonna viendra verser une larme quelque part. La routine, en somme.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
On peut ne pas aimer la chanson française, mais Aznavour était, avec quelques autres, ce qu'on faisait de mieux. On pourrait parler d'âge d'or. En fait avec lui, c'était un parfait équilibre entre le texte et la musique. Pris isolément, le texte était bien écrit, bien ciselé, mais ne contenait rien d'extraordinaire. Prise isolément, la musique était agréable, assez originale, mais pas transcendante.
C'est l'association qui fonctionnait bien. C'était très bien ajusté. (chez Brassens, le texte prime)
Il faut quand même conclure que ce n'est pas en écoutant ce genre de chansons qu'on évolue beaucoup. C'est juste le dessus du panier en matière de "populaire" Mais Francis Lemarque aurait mérité autant de célébrité.
De toute façon, je doute beaucoup que les paroles des chansons américaines ou anglaises à succès soient plus intelligentes. Quant à leur musique, ça, question de goût..
Répondre
D
Oh oui, Francis Lemarque, injustement oublié par beaucoup.
Y
D’accord sur tout, notamment sur la supériorité de Francis Lemarque.

Les chansons en anglais, sauf celles de Queen, n’ont à mes yeux aucun intérêt. Je n’ai aucun goût, particulièrement, pour Bob Dylan. Il est lugubre.
D
Aznavour était pour moi comme une musique de fond : oui, d'accord, mais bon. Il a fait des chansons agréables, disons. La seule chose que je retiens de lui, c'est que l'on comprenait ce qu'il chantait, avec une prononciation impeccable. Avec le recul, ce n'est pas négligeable.
Répondre
Y
Je ne PEUX PAS écouter Charlotte Gainsbourg, c’est au-dessus de mes forces. Même chose avec sa mère, d’ailleurs.
D
Essayez d'écouter Charlotte Gainsbourg, et vous comprendrez ce que je veux dire...
Y
Faire comprendre ce qu’on chante, c’est un peu mince, non ?