Le roi David était-il homosexuel ?

Publié le par Yves-André Samère

J’ignore si j’ai des lecteurs juifs, et, après tout, je m’en moque : jamais je n’écris en vue de plaire à quelqu’un (ou à quelques-uns). Mais il est possible que ce modeste billet heurte leur vénération pour une de leurs idoles, le fameux roi David. Fameux au point que les deux seules généalogies de Jésus, celle de Luc et celle de Mathieu, placent bizarrement David parmi les ancêtres de Jésus, ou plutôt de Joseph.

Or on peut se poser la question, si l’on prend au sérieux leur livre sacré, à savoir l’Ancien testament. Précisons que ce n’est pas mon cas, et que je ne tiens pas ce livre prétendu sacré pour un livre d’histoire ; j’y vois plutôt un ouvrage de propagande en faveur d’une secte « qui a réussi », comme on dit. Bref, on est tout à fait en droit de se demander si David était, ou non, homosexuel. Or, dans la Bible, l’homosexualité est partout qualifiée comme une abomination, ainsi que l’exprime très bien l’épisode, fantaisiste mais traité tel un récit sérieux, de Sodome et Gomorrhe. Il n’empêche que le futur roi David, selon le second livre de Samuel, chapitre 1, verset 26, pleure la mort de Jonathan, le fils du roi Saül, en ces termes : « Je suis dans la douleur pour toi, mon frère ! Tu faisais tout mon plaisir ; ton amour pour moi était admirable, au-dessus de l’amour de femmes ». Mieux, dans le premier livre de Samuel, chapitre 18, versets 1 à 4, on peut lire ceci, pas moins explicite : « David avait achevé de parler à Saül. Et, dès lors, l’âme de Jonathan fut attachée à l’âme de David, et Jonathan l’aima comme son âme. Jonathan fit alliance avec David, parce qu’il l’aimait comme son âme. Il ôta le manteau qu’il portait, pour le donner à David ; et il lui donna ses vêtements, même son épée, son arc et sa ceinture ». Et même sa ceinture ! Éloquent strip tease...

La suite raconte que Jonathan se brouilla avec son père Saül quand celui-ci sera devenu jaloux de David, au point qu’il essaiera de faire tuer l’ami de son fils – ami qui, en éliminant Goliath, lui avait pourtant sauvé son royaume. Ce récit est le seul, de toute la Bible, qui mentionne l’homosexualité d’un héros « positif », toutes les autres références ne concerneront que les païens. On les trouve dans le Deutéronome (chapitre 28, verset 18) et dans le premier livre de Rois (chapitre 15, verset 12).

Naturellement, ces passages de la Bible ne sont jamais commentés au cours de la messe ! Dommage, on pourrait rire un peu.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Demandez à Onfray de commenter ces passage ; histoie de rire un peuh !
Répondre
Y
Si je m’y risque, il va créer un nouveau scandale.