Lettre ouverte d’Onfray à SaManujesté

Publié le par Yves-André Samère

Sans être un admirateur éperdu de Michel Onfray, qui parfois s’égare un peu, je dois vous recommander de voir et surtout d’entendre sa double lettre ouverte adressée à Sa Majesté not’ bon maître, qu’il exécute avec talent et une foultitude d’arguments incontestables.

Pour moi, je me suis régalé, et comme j’ai une âme généreuse, je me dois de vous en faire profiter.

C’est ICI. Il n’est pas interdit d’apprendre ce texte par cœur, et de l’imprimer, afin de le glisser dans l’urne la prochaine fois que vous irez voter.

(P.-S. : il y a une suite, en l’occurence, une seconde lettre ouverte, qui est )

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Sa seigneurie Macron n'aime pas les journalistes. Je le comprends. Je l'approuve au fond.
Les politiques sont de plus en plus terrorisés par les journalistes qui ont le pouvoir de leur nuire gravement. Soit en les faisant déraper sur un thème, soit en révélant leurs agissements et leurs turpitudes, soit enfin en les mettant au défi de réparer une injustice devenue publique et dans laquelle ils seraient pour quelque chose;
En un sens, les journalistes font et défont les réputations. Heureusement qu'une grande partie d'entre eux sont en quelque sorte des sous-traitant de la communication gouvernementale. Ce sont les autres qu'il faut surveiller.
Répondre
Y
Il y a journalistes et journalistes. Les mettre tous dans le même sac n’a aucun sens. Par exemple, Pivot avec Morandini, François de Closets avec Fogiel, Thomas Legrand avec Maïténa Biraben, Élise Lucet avec Cyrille Eldin, Pierre Bouteiller avec Philippe Val, Bruno Masure avec Thierry Ardisson, Raphaël Enthoven avec Claire Chazal, etc. Pour ma part, je ne fais jamais cette confusion.

Et puis, révéler les turpitudes et les malhonnêtetés de certains politiques, c’est un bien. On devrait laisser les époux Balkany taper dans la caisse alimentée par leurs administrés ? Accorder l’impunité à des gens incapables ou malhonnêtes ? Se taire quand il faudrait dénoncer ? Troquer son exigence contre la bénédiction systématique ? Relisons “Cyrano de Bergerac”.
Y
Il y a journalistes et journalistes. Les mettre tous dans le même sac n’a aucun sens. Par exemple, Pivot avec Morandini, François de Closets avec Fogiel, Thomas Legrand avec Maïténa Biraben, Élise Lucet avec Cyrille Eldin, Pierre Bouteiller avec Philippe Val, Bruno Masure avec Thierry Ardisson, Raphaël Enthoven avec Claire Chazal, etc. Pour ma part, je ne fais jamais cette confusion.

Et puis, révéler les turpitudes et les malhonnêtetés de certains politiques, c’est un bien. On devrait laisser les époux Balkany taper dans la caisse alimentée par leurs administrés ? Accorder l’impunité à des gens incapables ou malhonnêtes ? Se taire quand il faudrait dénoncer ? Troquer son exigence contre la bénédiction systématique ? Relisons “Cyrano de Bergerac”.
K
Bonjour
En effet, tres bel exercice de style.
Quand la langue francaise edt maniée avrc un tel brio je n'ai qu'un mot à dire: chapeau l'artiste !
Et j'en profite pour saluer l'auteur de ce blog dont la lecture est toujours un plaisir. Merci.
Répondre
Y
Justement, j’ai cité quelques chroniqueurs particulièrement avisés, et qui ne pratiquent ni le dénigrement systématique ni le léchage de bottes. Par exemple Thomas Legrand, mais il y avait aussi Bernard Guetta (avant que, dégoûté, il décide de changer de style), et Raphaël Enthoven, philosophe authentique – et père d’un garçon que j’apprécie beaucoup. Généraliser dans la critique, c’est se tromper de cible.

Soit dit en passant, j’ai lu les livres de Masure, de Bouteiller, de Closets, de Pivot, et je vois mal comment on pourrait les mépriser.
J
A vous de voir , mais quand je parle de politiques, je parle évidemment des journalistes en vue chargés de "chroniquer", d'interviewer, de commenter les politiques, et des chaînes d'information continues, pas des deuxièmes ou troisièmes couteaux dont l'avis a peu d'effet. .
Y
Merci pour tout cela.

(Mais moi, je n’ai rien d’un artiste !)