Souvenir de « Nulle part ailleurs »

Publié le par Yves-André Samère

Hier, j’ai appris que l’émission Quotidien, dont je ne rate aucun numéro, quitte à la télécharger le lendemain, avait lieu dans l’ancien studio de Nulle part ailleurs, donc dans l’ancien bâtiment de Canal Plus. Il se trouve que je suis allé une fois à Nulle part ailleurs, mais, malheureusement, bien après l’époque de Philippe Gildas, que je n’ai jamais vu, lui. J’avais été invité (car on n’y entrait que sur réservation) par un ami qui travaillait pour l’entreprise fabriquant les décodeurs de la chaîne, et qui s’arrangeait pour avoir des entrées de faveur. Mais lui n’avait pas le même motif, il voulait uniquement voir Vanessa Paradis, invitée ce jour-là, dont il était un fervent admirateur, chanteuse de Prisunic dont je me foutais éperdument – ce qui n’a pas changé. Je me souviens très bien de cet immense studio tout en longueur, avec les Guignols très loin de l’endroit où nous étions assis, et une petite scène toute proche, où il avait fallu subir les Robins des Bois, comiques en peau de lapin, et le duo NTM de sinistre mémoire, déjà dénué de tout talent.

Entrer dans le bâtiment n’avait pas été une partie de plaisir, car on redoutait déjà des attentats, et comme j’ai toujours soif, j’étais porteur d’une gourde ne contenant que de l’eau, ce qui avait failli me faire interdire d’entrée. Il m’avait fallu prouver que son contenu était inoffensif, en en vidant une partie sur le sol !

Hélas pour mon ami, Vanessa Paradis n’avait pas voulu se faire interviewer dans le studio principal où nous étions, et n’avait accepté d’être présente que si l’entretien avait lieu en privé dans un petit studio où le public n’avait pas accès ! Bien entendu, ledit public était alors au bord de l’émeute : certains fans étaient venus avec un disque de la chanteuse, espérant un autographe. Finalement, la gourde (l’autre gourde !) avait accepté de montrer son nez quelques secondes dans le studio principal, mais n’avait signé aucun autographe...

L’animateur de l’émission était un quidam dont j’ai oublié le nom. Déjà, Canal Plus périclitait. Bolloré devait, bien plus tard, lui porter le coup de grâce.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

cacciarella 05/11/2018 11:54

comment ai-je pu écrire :("on) bien chante(r) " Horreur ! malheur !

Yves-André Samère 05/11/2018 18:37

Ne vous inquiétez pas, je fais aussi des fautes, quoique seulement de frappe.

cacciarella 04/11/2018 18:15

J' émettrai un bémol qui concerne deux actrices qui , pour moi , on bien chanter Gainsbourg : Anna Karina et Isabelle Adjani et, n'en ont pas fait commerce .

DOMINIQUE 30/10/2018 21:19

Toujours trouvé que V. Paradis ressemblait à un chihuahua (que les chihuahuas me pardonnent !). Quant à son talent... rien que sa voix de fausse petite fille m'exaspère.

Yves-André Samère 01/11/2018 12:29

Exact. Mais tout est grotesque, dans la famille Gainsbourg. Je suppose que vous n’avez pas vu les films du pater familias, lamentables et pénibles à visionner. Par exemple, le hideux “Charlotte for ever”, qui était à vomir.

DOMINIQUE 01/11/2018 11:25

Gainsbourg n'aimait que les voix de femmes, comment dire, atones ? Je crois que Charlotte est la pire : des sortes de petits miaulements couverts aux 3/4 par la musique.
Et puis, voir Birkin exploiter année par année le filon Gainsbourg... cela devient grotesque.

Yves-André Samère 31/10/2018 08:07

Exactement ! Elle incarne la niaiserie. Pas seule, il y a aussi Jane Birkin et sa fille Charlotte. Ces femmes sont tout, sauf des chanteuses.