Trucs de théâtre

Publié le par Yves-André Samère

C’est drôle, la mémoire. En ce moment, on donne à l’Odéon une pièce tirée d’un roman de Dostoïvesky intitulé Les démons. En tout cas, c’est le titre que le metteur en scène a choisi pour ce spectacle, mais j’avais vu une première adaptation de la même œuvre, sous le titre Les possédés. Un long spectacle, et une atmosphère très trouble, dont j’ai tout oublié ! La vérité est que je retiens mieux les pièces de Feydeau.

Mais ce que je n’ai pas oublié, c’est le nom du personnage principal. Il s’appelait Stépane Trophimovich Verkhovensky, et avec un nom pareil, je n’aurais jamais dû le retenir. Ben non, comme vous voyez.

Il faut croire que la sonorité d’un patronyme aussi bizarre a été gravée dans ma mémoire, ce qui n’est pas surprenant, attendu que je retiens mieux les musiques que les péripéties. Au cinéma, il me suffit d’entendre une fois la musique d’un film, pour ne jamais l’oublier. À condition, évidemment, qu’elle me plaise. J’ai aussi été capable de retenir le texte d’une pièce, si je l’enregistrais au préalable sur un magnétophone. Si j’écoutais mon enregistrement, je savais ce texte par cœur après seulement deux écoutes.

C’est sans doute pourquoi je n’admire en rien ces acteurs que les naïfs complimentent sur leur mémoire fantastique. Cette faculté n’a rien de fantastique, c’est juste un truc. Tout comme d’être capable de pleurer sur commande : en scène, il suffit de regarder la lumière émise par un projecteur ! Mais chut, ne le répétez pas.

(C’est Henri Troyat qui avait vendu la mèche dans un de ses romans, Grandeur nature)

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

G
Le menthol est efficace pour tirer des larmes même des plus mauvais acteurs. Quant à la mémoire, il en faut lorsqu'on habite à Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch.
Répondre
Y
Faute d’être un mauvais acteur, je n’ai pas essayé le menthol. Mais le nom de ce village gallois, je le connais depuis longtemps, à la lettre près. Comme quoi, si c’est impossible à connaître, j’y parviens.