Vocation, ou recherche ?

Publié le par Yves-André Samère

Sur France 5, entendu ce soir Alain Juppé qui, parlant de l’émigration « économique », affirme que « nous n’avons pas vocation à fournir du travail à tous ceux qui en cherchent ». Étrange... On le croyait plus cultivé, Juppé, et incapable de confondre deux mots qui ne signifient pas la même chose.

Alors, délabyrhintons un peu.

Les gens qui parlent ainsi, et qui sont presque toujours des politiques, emploient le terme vocation dans un sens qu’il n’a pas. Le Littré, qui donne six définitions, en donne trois pour dire que ce mot a un sens religieux. Pour les trois autres sens, on relève « Un certain ordre des choses auquel on doit se conformer », ou une « inclination que l’on se sent pour un état », ou enfin, une « disposition, un talent ».

Ainsi, aucune trace concernant la recherche d’un travail. Passons. Ce n’est pas d’aujourd’hui que les foules parlent pour ne rien dire.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Je ne suis pas sûr de comprendre : si "vocation" est synonyme de "disposition", c'est comme dire qu'ils ne sont pas "disposés" à fournir du travail à ceux qui en cherchent, non ?
Répondre
Y
Pas tout à fait. Une disposition, dans ce contexte, signifie plutôt un DÉSIR de faire telle ou telle chose : on est “disposé” à faire ceci ou cela.

De toute façon, on s’éloigne beaucoup du sens premier, qui vient de la religion. En outre, le fait pour les pays « d’accueil » de traîner les pieds quand des émigrants se présentent à leurs frontières, cela indique une certaine mauvaise volonté.