Le vide du rap

Publié le par Yves-André Samère

Au début de la semaine, j’ai entendu sur France Inter une interview d’Orelsan (il s’appelle en réalité Aurélien Cotentin), qui nous a révélé que les disques de rap étaient ce qui se vend le mieux en France en matière de musique.

J’aurais dû mettre le mot musique entre guillemets, car jamais on ne me convaincra que le rap est de la musique : il ne comporte ni mélodie (la suite de notes formant une chanson), ni harmonie (les accords, c’est-à-dire plusieurs notes jouées en même temps et qui enrichissent la mélodie). En somme, un morceau de rap est totalement vide, et je serais curieux de VOIR une partition de rap !

Certes, Orelsan est à la fois beau et intelligent, mais il doit commencer à se lasser de l’activité qui lui rapporte le plus d’argent, puisqu’il se tourne à présent vers le théâtre et le cinéma – même si le seul film, Comment c’est loin, qu’il a réalisé avec son copain Gringe (Guillaume Tranchant) est pitoyable. Mais, après tout, la totalité des films de Serge Gainsbourg sont aussi nullissimes, voire carrément répugnants.

Je ne suis donc pas prêt à me convertir vers cette forme de pseudo-musique.

Mais vous faites ce que vous voulez, je ne vous impose rien, comme toujours.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

jean-louis 02/12/2018 20:10

Bah Bach Rap ça se ressemble ; ça tourne en rond, cadence figée, pas de respiration, de doute, de réflexion, mini-pauses totalement vides, mêmes attaques hargneuses,bref, ça saoule .Après avoir écouté du rap on a envie de casser la gueule à quelqu'un ,après avoir écouté du Bach, on est énervé, agacé.

Yves-André Samère 02/12/2018 20:30

Je ne suis évidemment pas d’accord. Où est la “cadence figée” dans la Toccata en ré mineur (et la fugue du même métal) ? Ou dans les Concertos brandebourgeois ?

DOMINIQUE 30/11/2018 10:20

Et puis, pourquoi faut-il qu'ils parlent ou chantent autrement dit qu'ils émettent des sons avec la bouche enfermés dans un tuyau ? Le seul avantage que l'on peut y trouver, c'est qu'on ne comprend pas les paroles.

Yves-André Samère 30/11/2018 11:58

Il vaut mieux, en effet, qu’on ne les comprenne pas (à supposer qu’il y ait quelque chose à comprendre).