Un « truc de ouf »

Publié le par Yves-André Samère

Je ne me cache pas de détester, d’une part, le rap, et, d’autre part, le verlan.

Le verlan, c’est « l’envers » prononcé... à l’envers, et ce n’est pas du tout une nouveauté, puisque cela existait au vingtième siècle, voire avant. Cette technique (non, ce n’est ni un langage ni surtout un art) vise à masquer le sens des mots en inversant les composantes sonores de ce mot. À l’origine, c’était une piètre astuce des truands quand ils voulaient dissimuler leurs propos aux non-initiés. Mais aujourd’hui, tout le monde pratique le verlan, qui a d’ailleurs existé sous plusieurs formes, et s’est complexifié parce que son défrichage était trop facile. Inutile de dire que le verlan pratiqué dans les cours d’école est extrêmement primaire : rebeu pour « arabe », meuf pour « femme », keuf pour « flic » (qui est déjà de l’argot), tout ça ne va pas bien loin et ne témoigne pas d’une folle imagination !

Histoire de faire un peu de provacation, moi aussi, j’ai choisi pour mon titre une expression ultra-répandue, donc particulièmement agaçante et dépourvue d’originalité. Vous entendrez sans cesse parler d’un « truc de ouf », qui réunit à la fois le langage populaire (avec truc) et le verlan (avec ouf, mis pour « fou »). C’est évidemment très basique, et ne peut être pratiqué que par des individus sans imagination.

C’est pourquoi, l’ayant employé une fois aujourd’hui, je peux vous garantir que vous ne le lirez plus ici !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Mon père parlait (un peu) l'argot-much des louchébems . C'était plus drôle que le verlan des 6T.
Répondre
Y
Rien que dans mon quartier des Halles, on trouve deux établissements portant ce nom : le Bistrot du Louchébem, rue des Prouvaires, et le Louchébem, rue Berger. C’est un bonheur, de vivre dans ce quartier. Que justement j’ai choisi pour y vivre.

La rue des Prouvaires, c’est une petite rue où habitaient, avant sa naissance, les parents de Cyrano de Bergerac. Ils ont ensuite déménagé rue Dussoubs, où est mort Carlo Goldoni.