À Londres, la pollution tue

Publié le par Yves-André Samère

Elle est bien, Theresa May, qui fait Premier ministre à Londres. Elle a promis que les véhicules fonctionnant au diésel et à l’essence seraient interdits de vente à partir de... 2040.

Mais c’est beaucoup trop tôt, Theresa ! (Tu portes un joli prénom, soit dit en passant, qu’avant toi portait une « sainte » dont j’ai souvent fait ici un vibrant éloge). Ton action en faveur des gens du peuple me rappelle celle de notre cher président, qui a, lui aussi, promis quelque chose d’analogue. Si jamais celui-ci envisage de divorcer, vous pourriez, tous les deux, vous mettre en ménage. On pourrait diffuser, lors de vos épousailles, une chanson de circonstance, Tout va très bien, Madame la Marquise.

Rappelons qu’il a été démontré que la pollution à Londres a été prouvée responsable de la mort d’Ella, une fillette de neuf ans. Elle avait été hospitalisée vingt-sept fois. À la vingt-huitième, cette sale gosse est morte.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :