Double perle dans un journal provincial

Publié le par Yves-André Samère

Je ne dois pas être le seul qui se paie la tête des internautes succombant à cette tendance : chaque fois que, dans leurs écrits, ils emploient le mot personne, inévitablement, la suite de leur texte accorde tout au masculin – alors que ce mot est du féminin, comme on sait ou devrait savoir. Bref, « Le Canard enchaîné » est lui aussi attentif à ce genre de bourde, puisque, dans son numéro paru hier, en page 7, et dans sa rubrique Rue des petites perles, il relève la même erreur dans « Le Dauphiné libéré » du 17 décembre : « Six personnes ont été interpellées, et trois placées en garde à vue par les gendarmes. Ces derniers ont été contrôlés en possession d’objets dangereux », et « Le Canard » demande très judicieusement « Mais que fait la police ? »

Dans le cas présent, non seulement le scribouillard du « Dauphiné libéré » a pensé que le nom personne était du féminin, mais il en rajoute en utilisant « Ces derniers » à tort, puisque cette expression, dans ce contexte, devrait désigner les gendarmes (le substantif le plus proche), et non pas les délinquants. Et celle-là, elle est originale, puisque nul n’y fait attention !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

DOMINIQUE 27/12/2018 19:33

Vivement l'écriture inclusive, celle qui génèrerait un tel gloubi-boulga que plus personne n'y retrouvera son genre !

Yves-André Samère 28/12/2018 07:58

Une sorte de suicide, en somme.