Êtes-vous « en capacité » de parler le français ?

Publié le par Yves-André Samère

On peut être ministre de l’enseignement supérieur et ignorer la langue française, ce qui semble signifier qu’en haut lieu, on se fiche bien de cette mode grotesque et déplacée : savoir parler sa propre langue. Ce matin, Frédérique Vidal, qui fait ministre dans cette branche, a trouvé le moyen d’utiliser au moins quatre fois l’expression être en capacité de, et une fois l’abominable se rappeler de.

Comme quoi, se proclamer partisan de la francophonie doit concerner une autre langue !

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
jenenpeuxplus du "être en capacité". Je suis prête à remettre en route la guillotine pour ceux qui emploient cette locution.
Quant à "se souvenir" et "se rappeler", mon père nous a fait la guerre assez longtemps à ce sujet !
Répondre
Y
Ces cuistres devraient bien se plonger dans les œuvres de nos grands écrivains (s’ils les connaissent). J’en ai lu quelques-uns, et aucun n’a utilisé ce charabia. Suggérons-leur « Les précieuses ridicules » ou « Les femmes savantes ».

(À dix ans, je savais qu’on ne se rappelle pas DE quelque chose)