Ne ratez pas « Hippocrate » !

Publié le par Yves-André Samère

Ce dimanche, j’ai terminé de voir l’excellent feuilleton en huit épisodes réalisé par Thomas Lilti pour Canal Plus, Hippocrate (à ne pas confondre avec le film du même auteur et portant le même titre). Comme toujours chez Lilti, qui est médecin, tout se passait dans le monde médical, mais, cette fois, il s’agissait d’un moment de crise : tous les médecins titulaires d’un grand hôpital parisien ayant subi l’attaque d’un virus inconnu, ils sont consignés dans un hôtel avec interdiction d’en sortir et d’avoir quelque contact que ce soit avec leur lieu de travail habituel et avec son personnel et ses patients, tant que leur virus n’est pas identifié !

Inévitablement, les services désormais privés de médecins titulaires sont désormais assurés par des internes, qui ne sont pas tout à fait médecins, ou par des étudiants en médecine, voire des collègues d’un autre service, par exemple un médecin légiste n’ayant, de par sa fonction, aucun contact avec les malades. Et le récit se focalise sur quatre personnages : Chloe, jouée par Louise Bourgoin, qui a caché à tout le monde son opération de l’aorte et vient travailler chaque jour sans jamais faiblir ni refuser aucune tâche (elle dit sans cesse qu’elle gère !) ; Alyson, jouée par Alice Belaïdi, qui tente d’être mutée ailleurs mais y renonce car elle tomberait sous l’autorité d’un médecin dépourvu d’humanité ; Hugo, joué par Zacharie Chasseriaud, jeune homme qu’on juge peu sérieux et irresponsable, parce qu’il est le fils d’une femme qui est chef de service dans le même hôpital ; et Arben, joué par Karim Leklou, médecin légiste d’origine albanaise, qui a dissimulé que, malgré son expérience, il n’a jamais terminé ses études et n’a donc aucun droit.

Bien entendu, les incidents se multiplient, mais tous ces personnages inspirent l’admiration, car ils font front et ne défaillent jamais. Et l’histoire se termine assez mal pour la plupart de ces personnages.

Le récit est très documenté, et ne comporte aucune erreur. J’ai ainsi noté ce détail assez peu connu du public : afin de ranimer un patient dont le cœur vient de cesser de battre, il faut faire un massage cardiaque consistant à presser sa poitrine, sans arrêt, à raison de cent pressions par minute (c’est épuisant), et, afin de garder le rythme, le médecin réanimateur doit suivre la chanson Staying alive, des Bee Gees, qui convient le mieux ! Cela ressemble à une plaisanterie, mais ce n’en est pas une, et le truc avait été exposé dans deux vidéos qu’avait publiées sur sa chaîne Primum non nocere (ce qui signifie « D’abord, ne pas nuire ») un jeune médecin prénommé François, sur Youtube, que j’avais vue il y a trois ans : ICI et . Prenez le temps et la peine de les regarder, vous apprendrez quelque chose d’utile !

Et naturellement, regardez Hippocrate,  si vous le trouvez, car il a disparu. Je l'avais téléchargé sur le site 1fichier (très rapide, cela ne durait que trois minutes) ou Uptobox, les autres sites proposés étaient trop lents.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
Pour moi, c'était T.....t9.ch --> PC --> clé USB --> direct dans la prise derrière la TV .... et je les regarde en ce moment même. Comme quoi les grands esprits etc etc.
Répondre
Y
Je vais vérifier, ça peut sans doute servir à d’autres. Merci pour le tuyau. Moi, je n’ai pas besoin de brancher une clé USB à l’arrière de la télévision, j’ai un lecteur de salon (USB, DVD et Bluray).