Où les humoristes trouvent-ils leurs idées ?

Publié le par Yves-André Samère

À présent, je sais où Tanguy Pastureau prend son inspiration afin de nourrir sa chronique quotidienne sur France Inter. Le hasard, la chance devrais-je dire, a voulu que je tombe sur un article publié hier, à 11 heures 50, par Perrine Signoret sur le site de Numérama, site qui traite les sujets relatifs à l’informatique. Il y est question d’une marque de “sextoys” pour femmes, gadget qui, d’abord récompensé au Consumer Electronics Show de Las Vegas, a été ensuite retiré par les organisateurs, ceux-ci ayant jugé obscène cet objet à la forme bizarre, parce que trop explicite.

Sans qu’il y ait le moindre rapport de cause à effet, ce gigantesque salon de la modernité « connectée » a, cette année, été boycotté par les hommes politiques français, parce qu’ils craignaient d’y rencontrer (riez) des Gilets Jaunes ! Ils sont brillants, nos hommes politiques. Aussi courageux que leur chef de file qui trône aujourd’hui à l’Élysée...

Vous pouvez écouter ICI le sketch de ce jour émis par Tanguy Pastureau, et qui me fait marrer tous les jours que Dieu fait (et Il sait s’Il en fait).

Bien entendu, je ne ferai aucune remarque sexiste sur cette évidence, que ce pas en arrière a eu pour but probable d’éviter de perdre une partie de la clientèle féminine dudit salon : je laisse volontiers ce genre de remarque à mon nouvel ami, que j’ai louangé hier soir, parce que lui aussi me fait marrer. Pour nous inciter à utiliser notre réserve de petites cellules grises, il ne nous reste plus que les comiques, volontaires comme Pastureau, ou involontaires comme Gilles Le Gendre, qui préside le groupe des députés godillots à l’Assemblée nationale.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :