Confondre l’Humanité et... la planète !

Publié le par Yves-André Samère

La seule voix autorisée qui a eu le cran de contredire les slogans idiots comme Faire-un-geste-pour-la-planète ou La-planète-est-en-danger, c’est Hubert Reeves. Et comme c’est un scientifique reconnu, personne n’a osé lui apporter la contradiction.

Cela s’est passé sur France Inter, dans une émission de divertissement, La bande originale. Mais aussi dans une émission de Radio-Canada, qui, le 13 avril 2018, diffusait une adaptation, intitulée La Terre vue du cœur, de son livre Le banc du temps qui passe. Reeves y contredisait l’injonction de Descartes « Devenez les possesseurs et les maîtres de la Nature », et répondait justement à ces slogans à la noix que chacun répète à satiété, parce que, panurgisme aidant, on ne contredit jamais les niaiseries acceptées par la majorité.

Alors, parce que j’ai écrit avant lui que « la planète » n’avait rien à craindre, qu’au contraire c’étaient NOUS, les êtres vivants, qui allions y laisser des plumes, et que le cataclysme, dont nous sommes partiellement les artisans, avait déjà commencé, je vous renvoie à ce que pensent les scientifiques – et pas les médias ou les politiques, qui ne connaissent rien à rien.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

J
Pour mettre un peu d'humanité dans mon propos, je rappellerai ces paroles du colonel ou général Giap à ses troupes (Vietnam) En substance : la vie d'un homme n'a pas d'importance, des milliers de gens meurent sur terre chaque jour.
Alors j'ai imaginé la chose suivante : un de ses soldats sortant une arme et la pointant sur Giap en lui disant : vous pouvez répéter ce que vous venez de dire ?
Répondre
Y
Vaste programme, comme aurait dit De Gaulle. Il est certain que les “grands hommes” se placent à part, ils détestent être pris pour n’importe qui.
J
Entre nous, moi aussi, cela fait longtemps que je l'écris. Mais bah...Reeves ou pas.
Quand je mourrai, cela n'aura strictement aucune importance.
Alors à plus forte raison les autres ! ;
Répondre
Y
Si bien que la seule possibilité, c’est la mort. Youpi !