La sincérité de Juppé

Publié le par Yves-André Samère

Il est bizarre, Juppé : pendant vingt ou vingt-cinq ans, il nous a joué la mélodie de son amour pour Bordeaux, dont il était maire. Mais voilà qu’à peine nommé président du Conseil Constitutionnel, qui est plus puissant que le gouvernement puisqu’il peut casser les décisions des ministres, il déclare publiquement qu’il n’aime plus la politique, « à cause des réseaux sociaux » affirme-t-il.

Attendu que lesdits rézosossio existent depuis pas mal de temps, l’honnête Juppé a donc réfléchi longuement avant de « claquer la porte », comme il faut dire aujourd’hui, de sa chère mairie bordelaise. Et s’il n’a pas reculé devant la perspective de verser une larme pour mieux agrémenter son discours de départ, on a le droit de se poser la question : il est sincère, ou il se paie notre tête ? Solution page 38.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
A priori, Laurent Fabius est Président du Conseil Constitutionnel depuis 2016. Juppé est nommé à la place de Lionel Jospin en tant que membre dudit Conseil.
Répondre
Y
Les grandes villes ne réussissent pas à leurs maires... sauf à Chirac et Tiberi. À se demander pourquoi on se présente à cette élection.
D
Quand on voit l'état de Marseille sous le dernier mandat de son maire, je pense qu'en effet il a eu raison de ne pas faire "le mandat de trop" comme il l'a dit, sans compter évidemment la perspective d'une fin de carrière plutôt... intéressante. Il y a aussi l'exemple de son prédécesseur, Chaban-Delmas, disons ... un tantinet gâteux lors de son dernier mandat.
Le choix s'imposait de lui-même. Quant à son argument sur les réseaux sociaux, en effet il est un peu léger, d'autant qu'il s'était déjà pris de drôles de baffes lors de son histoire qui lui a valu son exil au Canada pendant deux ans, même sans réseaux sociaux à l'époque.
Répondre