Théorie du ruissellement

Publié le par Yves-André Samère

Chacun le sait, Macron est « le président des très riches », comme l’a dit François Hollande. Ceux-là sont couverts de cadeaux, fiscaux ou autres, pendant que, de l’autre côté, on matraque les pauvres.

À cela, deux explications possibles : soit Macron est un peu sadique ; soit Macron pense réellement que la théorie du ruissellement va fonctionner alors qu’elle ne fonctionne nulle part !

Théorie du ruissellement ? Mais qu’est-ce donc ? vous demandez-vous si vous ne lisez jamais « Le Figaro ». Eh bien, c’est très simple. Selon ses partisans, si vous desserrez la vis aux très riches, ils s’enrichiront davantage, or cet argent supplémentaire va forcément les pousser à l’investir dans des activités sociales, qui profiteront automatiquement à tous les citoyens, à commencer par les plus pauvres. Lesquels, toujours aussi automatiquement, seront donc moins pauvres. « Génial ! », comme s’écrient les djeunz qui ne s’alimentent qu’au McDo. C’est tout simplement la philosophie qui prêche que « les grandes rivières alimentent les petits ruisseaux ».

Oui, je sais, le bon sens populaire énonce plutôt cette phrase à l’envers. Mais qu’est-ce qu’il y connaît, le bon sens populaire ? Ces pauvres, toujours à voir le mal partout, et à geindre qu’on les maltraite ! Cela me rappelle cette maxime de Félix Houphouët-Boigny, longtemps président de la Côte d’Ivoire, et qui n’avait pas craint de dire à la télévision : « Oui, j’ai des milliards en Suisse ! Qui n’en ferait pas autant ? La Suisse est le coffre-fort du monde ». En privé, il précisait qu’il n’écorchait pas son peuple, il se contentait de le tondre.

Macron serait donc un disciple d’Houphouët ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

jean-louis 01/03/2019 11:27

" soit Macron est un peu sadique ; soit Macron pense réellement que la théorie du ruissellement va fonctionner alors qu’elle ne fonctionne nulle part ! "
A ce sujet je crois que Jacline Mouraud (si j'ai retenu son nom) n'a pas tout compris. Elle s'indignait que quelqu'un puisse parler mal de Macron Je désapprouve sa politique mais je respecte sa fonction disait-elle;
Une secrétaire est seule dans le bureau du directeur. Il va vers elle, empoigne sa chatte par-dessus sa robe et l'attire à lui.La secrétaire désapprouve le comportement du patron mais ne lui met pas une baffe parce qu'elle respecte sa fonction.
Une fonction sociale, surtout éminente a comme raison d'être de servir l'intérêt général, d'être d'utilité publique. Quand elle permet simplement de se livrer à des actes odieux, elle n'est plus respectable;
Est-ce que mme Mouraud désapprouve le soulèvement des Algériens parce qu'ils ne respectent pas assez la fonction présidentielle de Bouteflika ?

Yves-André Samère 01/03/2019 11:46

Je n’ai jamais respecté l’autorité, quelle qu’elle fût. Respecter un type parce qu’il a reçu un titre de la part d’un autre type pas plus respectable, c’est loufoque. Pas de raison de renoncer à ses propres convictions. Évidemment, on risque de le payer...

jean-louis 01/03/2019 09:12

C'était vrai à la Belle Epoque, quand les riches aimaient dépenser leur argent au su et au vu de tout le monde en vivant comme des Princes, en s'entourant d'une domesticité importante, en consommant sur place. C'était encore la France, un centre du monde artistique, politique, économique.
S'ils n'enrichissaient pas les pauvres, au moins ils leur fournissaient du travail. Aujourd'hui, l'argent va ailleurs, les riches vivent entrent eux, ils ne créent pas du travail, ils en détruisent.

Yves-André Samère 19/05/2019 17:13

Exact. L’argent planqué à l’étranger ne produit rien en France, mis à part quelques réalisations qui permettent de s’en vanter, comme la Fondation Louis-Vuitton (Bernard Arnault) ou le futur musée qui va remplacer la Bourse du commerce, aux Halles.

Yves-André Samère 19/05/2019 17:11

Exact. L’argent planqué à l’étranger ne produit rien en France, mis à part quelques réalisations qui permettent de s’en vanter, comme la Fondation Louis-Vuitton (Bernard Arnault) ou le futur musée qui va remplacer la Bourse du commerce, aux Halles.