Un antisémite, mais à tout prendre, qu’est-ce ?

Publié le par Yves-André Samère

Un terme qui, en ce moment, revient sans cesse dans les médias, c’est antisémitisme. Or, comment est-il compris de l’ensemble des Français ? Eh bien, l’ensemble des Français le définit comme « la haine des Juifs ».

Tilt ! Cette définition est fausse. Un antisémite, c’est un olibrius qui déteste les Sémites. Or Sémite et Juif n’ont pas la même signification. Les Sémites sont les descendants de Sem, personnage légendaire, qui était l’un des trois fils de Noé, le type de l’arche. Lesquels descendants ont peuplé le Moyen-Orient, donnant naissance aux Juifs, certes, mais aussi aux Arabes, qui sont beaucoup plus nombreux !

Par conséquent, un Arabe ne peut pas se sentir ou se dire antisémite sans être un traître à sa propre ethnie.

Mais alors, quel mot pour remplacer antisémite avec le sens courant, « hostile aux Juifs » ? C’est très simple, un crétin hostile aux Juifs fait de l’antijudaïsme. Comme on voit, ce n’est pas si difficile à comprendre et à utiliser. En tout cas, jamais je n’utilise le mot antisémitisme, qui est inadéquat.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

B
le mot antisémite peut largement servir par une grande majorité de français, et pas que, qui, bçetement , n'aiment ni les juifs , ni les arabes; malheureusement !
Répondre
Y
En somme, il permet de ratisser large ! C’est pratique.
J
C'est surtout à certaines associations, à des militants et aux politiques que le mot raciste manquerait, parce dans les conversations coutantes, il est rare l'on emploie ce mot.
Répondre
Y
Sauf ici, apparemment !
D
Le mot "racisme" ne correspond pas à la réalité scientifique. Mais ce mot inadéquat est bien ancré dans notre vocabulaire et son sens n'a pas changé au fil des années. Autant le garder, bien qu'il propage une notion (celle de différentes races humaines) fausse.
Répondre
Y
Le mot “racisme” n‘est plus guère utilisé que par des gens qui ne sont pas au courant que cette notion a été invalidée depuis quelques décennies. On ne peut pas le garder, car il désigne désormais un comportement injurieux, puni par la loi. Le mot “race” a été supprimé de la Constitution française, par l’Assemblée nationale, le 12 juillet 2018. Il était temps.

Hélas, il subsiste dans d’autres pays, comme les États-Unis, où les cartes d’identité comportent toujours une rubrique RACE. Et... en Côte d’Ivoire, où les dossiers scolaires comprennent aussi cette mention ! Ça, je peux en témoigner.
J
C'est justement parce que tout n'est pas dans tout et réciproquement, parce qu'il faut éviter d'être simpliste, qu'il y a lieu de faire des distinctions, et d'être précis. C'est justement parce qu'il ne faut ps ajouter au " malheur de ce monde" qu'il ne faut pas mettre sur le même plan, croyances et savoir.
Répondre
Y
Ai-je jamais confondu croyance et savoir ? Si oui, je serais curieux qu’on me donne la référence. Lorsque j’écris, je vérifie tout avant de mettre en ligne le moindre mot.
J
Peut-on parler d'anti-judaïsme quand le judaïsme est une religion, et que les juifs aujourd'hui sont peu croyants, mais très attachés à leur ? ? ? Communauté ou origine ou ?
Peut-on parer de racisme quand on a compris que les races humaines n'existaient pas, il n'y en a plus qu'une depuis l'extinction de Néanderthal. c'est du moins ce que j'ai compris.
Peut-on parler d'antisémitisme quand le sens de ce mot a beaucoup évolué et quand, depuis la shoah, il n'est plus possible de parler sereinement du sujet, il n'est plus possible, semble-t-il de ne plus faire de différence entre les juifs et les autres, ce qui est le sens même de la non-discrimination.
Répondre
Y
C’est certainement parce que, avec le temps, beaucoup ne font plus la distinction entre les deux mots. Surtout si on a appris que la notion de race humaine, qui a été utilisée à partir du dix-huitième siècle (voir, dans « L’avare » de Molière, cette exclamation du fils d’Harpagon, s’exclamant “Quel Juif, quel Arabe” à propos du prêteur qu’il a fait solliciter, et qui proposait un intérêt de 25 %, ignorant que ledit prêteur était son propre père), a été invalidée vers le milieu du vingtième.

Je ne crois pas que la xénophobie puisse s’appliquer à un compatriote. Elle ne vise que les étrangers, au sens de ressortissant d‘un PAYS ÉTRANGER.
Y
On peut parfaitement. Inutile de fendre les cheveux en quatre, et de croire que tout est dans tout et réciproquement. Je me fiche de ce que les gens croient – surtout en fonction de l’actualité –, et je pense, comme Camus, que bafouer le sens des mots, c’est rajouter aux malheurs du monde.

J’ajoute que la non-existence des races reste ignorée de la majorité des bavards. C’est une vérité SCIENTIFIQUE, donc le “grand” public n’est pas au courant.
D
Je profite de ce billet pour vous demander pourquoi la LICRA est la Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme ? Quelle est la différence entre ces deux termes ?
Répondre
C
Vous confondez racisme et xénophobie. Le racisme peut très bien s'appliquer à un compatriote pourvu qu'il appartienne à une "race" particulière.
Y
Le racisme est cette forme d’hostilité qui s’en prend à TOUT étranger, d’où qu’il vienne. L’antisémitisme vise les Sémites qui peuplent le Moyen-Orient. Je ne suis pas certain que les membres de la LICRA fassent vraiment la différence, parce que nous vivons en un temps où les mots perdent peu à peu leur sens.