Une super-liaison

Publié le par Yves-André Samère

Entendu hier sur France Inter la chroniqueuse Leila Kaddour Boudadi parler d’un film de « super-héros », comme on dit, ou plutôt, de super-héroïnes. Imaginez l’importance du sujet.

Or la dame a prononcé « super-z-héroïnes ». Elle a donc féminisé (encore !) les personnages, qui n’en demandaient pas tant.

Quand un homme parle de super-héros, il arrive fréquemment qu’il tombe lui aussi dans la liaison saugrenue et dise, si ces personnages sont plusieurs, que ce sont des « super-z-héros ». C’est assez comique, car l’auditeur pense très justement que ce sont plutôt des super-zéros. Mais le calembour ne fonctionne plus avec des personnages féminins.

Madame Kaddour Boudadi, qui ne manque jamais de rappeler qu’elle a été professeur de français, est donc une super-comique (involontaire).

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

jean-louis 02/03/2019 19:33

D'ailleurs si c'est comme ça, c'est scandaleux, j'écris immédiatement aux ligues féministes les plus actives. Rendez-vous compte qu'on dira :
Les [héros] couchaient avec des-z-héroïnes.
Alors qu'on pourrait dire : Les [héroïnes] couchaient avec des -z-héros.

jean-louis 02/03/2019 19:19

Entendu sur France 3 - questions pour un champion - que le h de héroïne, n'était pas aspiré.

Yves-André Samère 02/03/2019 20:45

Transmis à Leila Kaddour Boudadi, qui l’ignorait. Il est vrai qu’elle ne travaille pas sur France 3, mais sur France 2. Il doit y avoir un no man’s land entre les deux chaînes.