La censure chez Facebook

Publié le par Yves-André Samère

Hier soir, dès que j’ai connu le comportement nauséeux de Facebook à propos de la tuerie de Christchurch, j’ai immédiatement écrit une note qui en rendait compte. Ce matin, un de mes lecteurs habituels a réagi comme il convenait, et je lui ai d’ailleurs répondu.

Ce soir, il y a du nouveau, et cela vient de Yann Barthès, qui a testé le fonctionnement de la censure sur Facebook. Et comme on aime bien rire, dans son équipe, il a créé un compte sur Facebook, sous un pseudonyme rigolo, et a mis en ligne des photos de couples nus. Hétérosexuels, je précise.

La première photo a été censurée au bout de... cinquante-neuf secondes. Les censeurs de Facebook l’ont effacée, une fois passé ce prodigieux délai.

Comparez : cinquante-neuf secondes pour une photo de nu, dix-sept minutes pour une vidéo de massacre ayant causé cinquante morts.

Si vous avez un compte sur Facebook, je n’ai pas besoin de vous dire ce que vous devriez faire. Moi, de toute façon et depuis toujours, je n’ai pas de compte sur Facebook.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Mais regardons bon nombre de films ou de séries : on flingue, découpe, poignarde des tas de gens sans que cela émeuve qui que ce soit. On ne voit par contre pas de corps nus ou de sexes, hommes ou femmes... Bien sûr les Etats-Uniens sont les premiers pour cette censure.
Les femmes qui ne portent pas de soutien-gorge sous leur chemisier ou leur T-shirt mettent sur le bout de leurs seins une sorte de ventouse plate pour cacher les tétons, au cas où sous l'action du froid ils se raidissaient, ce qui choquerait tout le monde !!! Alors, des corps nus, des sexes exposés, n'en parlons pas.
Par contre les étripages et autres bains de sang comme dans la trame d'un film ou d'une série, c'est normal. Leur lenteur de censure me semble, trois fois hélas, inévitable dans leur monde.
Répondre
Y
Ce qui prouve le degré avancé des mœurs états-uniennes ! Là-bas, ils connaissent la valeur des comportements.