Marre de Riad Sattouf !

Publié le par Yves-André Samère

Inflation des interventions radiophoniques de Riad Sattouf. Non seulement, une fois par heure sur France Inter, il nous fait part de cette anecdote passionnante : il avait posé sa candidature afin de faire partie du jury pour le prix littéraire de France Inter, n’avait pas été admis, mais, cette année, il a été choisi pour en être le président. Et lui de conclure modestement « Et voilà, c’est MOI le président ! ». Mais, outre cela, l’émission La bande originale le reçoit aujourd’hui à titre d’invité, en rediffusion, grâce à un heureux hasard. Ben oui, il a sorti cette année le quatrième tome de sa série L’Arabe du futur en bande dessinée. On se sent submergé...

Eh bien, tant pis si mes (millions de) lecteurs ne sont pas de mon avis, mais je n’aime pas du tout Riad Sattouf. Outre ses bandes dessinées, il a réalisé deux films, Les beaux gosses, qui était passable, surtout parce que Vincent Lacoste y débutait et que c’est plutôt un bon acteur (les dix années suivantes l’ont confirmé), puis Jacky au royaume des filles, abominablement raté, ce que le public a confirmé aussi. Mais surtout, ses dessins sont affreusement cochonnés, et je sais de quoi je parle, puisque j’ai téléchargé le premier album de L’Arabe du futur, et n’ai pas pu dépasser la page 1, tant c’est laid. Il a d’ailleurs commis d’autres albums de bandes dessinées, que j’ai aussi téléchargés : La vie secrète des jeunes, Les pauvres aventures de Jérémie, Pascal Brutal, Petit Verglas et Pipit Parlouse. Jamais de décors, visage stéréotypés, technique rudimentaire, on est très loin d’Hergé. Pour moi, tout ça est à flanquer à la poubelle. Mais Sattouf « a la carte », comme on dit, c’est-à-dire qu’il est copain avec des tas d’éditeurs (Charlie Hebdo, Dargaud, Fluide glacial, Bréal, Hachette Littérature, Milan, Delcourt).

Mais ce trait fonctionne dans tous les domaines. Pourquoi croyez-vous que les livres de Houellebecq se vendent si bien ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Ce qui est embêtant c'est quand on admire un auteur , on veut lire ce qu'il aime ; j'aimais beaucoup fréderic Dard , à cause de lui j'ai lu Céline et...Je me suis procuré "Belle du seigneur" ; je ne suis pas allé au delà de la deuxième page !
Répondre
Y
Je n’ai pas lu non plus “Belle du seigneur”, et n’ai pas l’intention de le lire : trop d’unanimité dans les propos des lecteurs. Je ne saurai donc jamais ce que j’ai raté !
C
Houellebecq ; puisque vous le citez , il fait partie de ces personnes comme Hanouna ! Alain Bauer où Pierre Botton dont le physique me semble déplaisant , entrainant , chez moi , le refus de m'y intéresser , sauf que lorsque j'entends parler Botton où Bauer je suis sous le charme ! tout ceci pour vous demander si j'ai tort en se qui concerne Houellebecq ; faut-il le lire comme on lit "le voyage" malgré Celine ?
Répondre
Y
D’abord, je déteste Céline. J’ai lu “Voyage au bout de la nuit”, et je trouve son style très affecté. Cela étant, non, inutile de lire Houellebecq. J’ai lu “Soumission”, et ça ne m’a pas intéressé du tout. Pour moi, c’est une grosse plaisanterie, mais qui ne fait pas rire. Et c’est vrai que le physique de Houellebecq est assez repoussant.
M
Oui mais ses millions de lecteurs... lisent.
Répondre
Y
Tu lis ce que tu veux, Mathéo. On peut lire tout ce qui est publié, mais ce n’est en rien obligatoire. J’ai d’autres lectures, voilà tout.
M
Oh là là... il faut tout de même avouer que les '' cahiers d'Esther '', c'est juste épique...
Répondre
Y
Je ne sais pas. Je n’ai rien lu. Ce que j’ai critiqué, c’est la laideur des dessins.
J
" Eh bien, tant pis si mes (millions de) lecteurs ne sont pas de mon avis, mais je n’aime pas du tout Riad Sattouf. "
Je ne savais même pas qu'il existait. Faut dire : écouter France inter, non merci, lire des Bd, ce n'est pas ma tasse de thé, aller au cinoche pour voir des films djeuns ou racoleurs, pas demain la veille.
Répondre
Y
Je n’écoute que France Inter, je ne lis plus de bandes dessinées, et ne vais voir aucun film racoleur. Est-ce que Jésus me sauvera ?