Écrire correctement

Publié le par Yves-André Samère

Comme il m’arrive, à peu près chaque jour, de consulter quelques sites édités par des journaux, je suis en somme forcé de subir les innombrables fautes d’orthographe, de grammaire et de typographie dont leurs textes sont truffés. Eh oui, la profession de correcteur a tendance à disparaître, parce que les éditeurs préfèrent publier des textes mal fichus plutôt que de payer ces auxiliaires naguère indispensables mais qu’aujourd’hui on dédaigne.

Prenez, par exemple, le site marianne.fr, émanation de l’hebdomadaire sur papier « Marianne ». Eh bien, vous verrez immédiatement que les rédacteurs de ses articles n’ont jamais entendu parler de la règle exigeant qu’on ne doit pas laisser en fin de ligne un guillemet français – comme celui que je viens d’utiliser pour encadrer le mot Marianne – et rejeter la suite du texte sur la ligne suivante, parce qu’ils ignorent visiblement qu’une espace insécable doit séparer ledit guillemet du mot qu’il introduit. Si ce n’est pas très clair, allez voir en ligne, vous trouverez chaque jour plusieurs exemples de cette négligence. C’est anodin ? Non, car cela signifie qu’on méprise le lecteur.

Même je-m’enfoutisme chez Numérama, chez Libération, chez Slate, chez Clubic, chez lefigaro.fr ou chez lemonde.fr, ces deux derniers sites étant édités par des journaux où l’on respectait naguère les règles de l’écriture.

Et les majuscules accentuées ? La règle est claire, on doit mettre un accent sur toute majuscule qui en prendrait un sur la même lettre en minuscule. Parce que, dit l’Académie française, « son absence ralentit la lecture, fait hésiter sur la prononciation, et peut même induire en erreur ». En effet, sans les accents, comment savoir si l’expression ENFANTS LEGITIMES signifie enfants légitimes ou enfants légitimés ? Et comment conserver un texte en langue étrangère si on ignore les accents, les cédilles et les trémas qu’elles peuvent utiliser ? Savez-vous que l’espagnol comporte sept lettres accentuées, et le slovaque... dix-neuf ?

Ce sont les machines à écrire qui ont sonné le glas des lettres accentuées, et les traitements de textes ont longtemps fait l’impasse sur leur existence, jusqu’à ce qu’on pense à créer les alphabets étendus, qui en comportent des centaines (l’Unicode en rassemble 4095).

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

kotec 30/05/2019 12:45

Juste pour rire un peu : https://www.apprendre-en-ligne.net/bloginfo/index.php/2009/01/21/151-martine-ecrit-en-utf-8

Yves-André Samère 30/05/2019 14:15

Encore un site où l’on ne connaît pas le sens de “technologie”. Cette maladie semble incurable.