Où est donc le « père » Lachaise ?

Publié le par Yves-André Samère

Chacun connaît le cimetière parisien du Père-Lachaise, situé dans l’est de la capitale. C’est d’ailleurs un endroit très beau, et pas du tout sinistre : esprits morbides, choisissez un autre endroit pour votre repos éternel. Il doit son nom à un prêtre jésuite, François d’Aix de la Chaise (1624-1709), qui fut le confesseur de Louis XIV, et qui habitait là, parce que ce terrain était alors un lieu de repos et de convalescence pour les jésuites, ce qui ne l’a pas empêché d’inviter souvent le roi chez lui !

Mais le « père » Lachaise n’est pas mort ici. Bien la peine d’avoir un cimetière à son nom et de ne pas en profiter... Après tout, Victor Hugo a bien habité quelque temps avenue Victor-Hugo ! Le père Lachaise a donc été inhumé dans un grand caveau de l’église Saint-Paul, appelée aujourd’hui « église paroissiale Saint-Paul-Saint-Louis », qui se trouve au 99 rue Saint-Antoine (que de saints !). Son corps, comme tous les autres squelettes qui dormaient dans cette église, a plus tard été transféré dans un ossuaire, sous une trappe près du chœur, car les cercueils étaient en très mauvais état.

Le cimetière qui fut finalement baptisé de son nom fut installé là où il se trouve aujourd’hui, le terrain ayant été acheté par l’État en 1803. Il devint le premier cimetière civil de Paris, son aménagement ayant été confié à l’architecte Brongniart (qui a réalisé la Bourse de Paris). Y être enterré est très chic, puisqu’on peut y trouver Pierre Desproges, Michel Petrucciani, Frédéric Chopin (ces trois célébrités sont voisines), Albert Camus, Oscar Wilde, Claude Chabrol, Alain Bashung, Mano Solo, Jim Morrison, Yves Montand, Édith Piaf (avec son dernier mari Théo Sarapo) et Marcel Proust. D’abord appelé « Cimetière de l’Est », il fut rapidement surnommé « Cimetière du Père-Lachaise ». Mais il n’est pas facile de s’y faire enterrer, la municipalité prétend que la place est rare, et n’accepte comme hôtes que les gens aisés ! En passant, je vous signale que la « tombe » de Molière est bidon, son nom est bien gravé sur le caveau, mais on n’a jamais retrouvé les restes du meilleur dramaturge de France. De La Fontaine, enterré à côté, pas davantage...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :