Un cimetière sous... un Monoprix

Publié le par Yves-André Samère

Ce n’est certes pas la nouvelle la plus fraîche du moment, néanmoins elle m’intéresse. En effet, l’évènement s’est produit non loin de chez moi, mais... il y a quatre ans, soit en 2015. C’est cette année-là que les chercheurs de l’INRAP (Institut National des Recherches Archéologiques Préventives) ont découvert, sous le Monoprix que j’ai beaucoup fréquenté, à l’angle de la rue Réaumur et du boulevard de Sébastopol, un cimetière médiéval, abritant deux cents squelettes d’êtres humains ayant vécu au Moyen-Âge. Le patron des Monoprix français avait en effet décidé d’agrandir ce magasin un peu démodé, qui n’avait qu’un seul avantage : c’était le plus vaste du quartier. Or les règlements imposent de faire des fouilles préventives dans les quartiers historiques de Paris.

Les deux cents squelettes étaient enterrés en plusieurs couches, et tête-bêche, dans huit fosses communes. On ignore encore ce qui a décimé les gens de cette époque, mais certains ont émis l’hypothèse qu’ils ont perdu la vie lors de la peste noire de 1348. Là se trouvait l’hôpital de la Trinité, qui a existé entre 1202 et 1790.

On attend les détails, qui ne sauraient tarder...

Rappelons qu’il y a eu, en Angleterre, un précédent : c’est sous un parking qu’a été découvert le corps du roi Richard III. On lui a  d’ailleurs fait des funérailles un peu plus convenables ! Les Britanniques respectent la royauté.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

K
J'espère que les spores de "Yersinia pestis" sont inactivés depuis ce temps, sinon, gare aux puces. Heureusement que le grand maire de Paris a exterminé les rats dans la capitale.
Répondre
Y
J’ai entendu récement que le grand danger, à présent, ce sont les punaises de lit. Elles sont redoutables, et j’ai connu ça. Seul remède, déménager.
D
Oui, je me souviens de la découverte de Richard III sous un parking. Ce qui a permis de confirmer qu'il avait une grave scoliose, entre autres.
Répondre
Y
Oui, il faut des semaines d’entraînement.
Y
Si l’ADN n’existait pas, il faudrait l’inventer.
D
Entre autres, car ils l'ont identifié aussi par son ADN comparé à un de ses descendants.
Y
Ou plutôt, de l’identifier grâce à elle.