Vincent Lambert

Publié le par Yves-André Samère

Vincent Lambert est mort aujourd’hui. Son agonie et son long passage dans le coma dépassé ont beaucoup alimenté les polémiques ridicules, et d’autant plus ridicules que lui-même avait confié, auparavant, qu’il souhaitait quitter cette vie, laquelle ne lui réservait plus rien de bon, bien au contraire.

Naturellement, les médias sont beaucoup intervenues et ont nourri le feu, durant des mois. Mais ce n’était pas de l’information objective, c’était un concert d’opinions diverses, et, bien entendu, hostiles au camp d’en face. Même le pape s’y est mêlé, à ce carnaval, versant un peu d’huile sur le feu après le décès constaté. En voilà un qui a vite pris parti, alors que, dans les affaires qui le concernaient au premier chef, il a laissé traîner les choses de manière indécente.

On comprend bien que les parents de cet homme ont éprouvé de la contrariété, et se sont laissés aller à prétendre qu’on avait « assassiné » leur fils. Ben voyons, les médecins qui ont pris le parti de ne pas s’acharner à maintenir « en vie » le corps de ce malade incurable sont tous des assassins en quête d’une victime de plus, c’est évident... Mais qui saura leur expliquer que leur fils était mort depuis des années, et que celui qu’ils avaient sous les yeux, contrairement aux apparences, n’était plus qu’une machine fonctionnant à l’aide d’une mécanique froide et sans âme ?

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Triste et ridicule histoire. Les parents aveuglés par leurs convictions religieuses, les médecins légitimement prudents, l'épouse discrète et obstinée, c'est sûr ça fait un psychodrame parfait pour les journalistes.
Répondre
Y
Comme chantaint les Frères Jacques, « Faut bien qu’ces gens bouffent »
C
Vincent Lambert était aussi devenu au fil des années un objet, une mascotte pour ces tarés de « Pro-vie », dont faisaient partie ses parents et leurs avocats.
Au passage Michel Houellebecq se couvre de ridicule en signant une tribune dans Le Monde où il prétend notamment : « il n’était même pas en fin de vie. Il vivait dans un état mental particulier ». Ben voyons...
Répondre
Y
Houellebecq ne connaît rien à ces questions-là. Il ferait mieux de se taire, ou de s’exiler en Patagonie. Lambert n’était pas « dans un état mental particulier ». Il ne vivait pas plus qu’un robot. Un coma artificiel comme le sien n’a aucun rapport avec la vie.