Éviter les casse-pieds du téléphone

Publié le par Yves-André Samère

Ce soir, dans sa célèbre émission Le téléphone sonne, France Inter nous a fait un joli numéro sous la forme d’un dialogue de sourds. Le thème de l’émission était le suivant : comment échapper aux appels téléphoniques commerciaux non désirés ? Certains auditeurs, ne craignant pas le ridicule, ont rapporté avoir reçu jusqu’à cinquante appels téléphoniques par jour !

Bien, d’une part, je n’y crois pas trop. Et d’autre part, tous les contre-feux évoqués par les éminents spécialistes de la parade anti-casse-pieds ont soigneusement évité de traiter le cas le plus courant : les appels qui vous sont faits par des gens sous des numéros masqués. Or, d’une part, on ne peut rien faire contre un appel anonyme, puisqu’on ne sait pas si on est appelé par un ami ou par un casse-pieds, et, d’autre part, évoquer comme tous l’ont fait la possiblité pour le gouvernement d’imposer aux appelants importuns un préfixe spécial qui s’afficherait sur l’écran de la victime est une pure illusion, puisque passer un appel anonyme est d’une facilité dérisoire : je sais le faire, même si je ne le fais jamais car je ne veux déranger personne – surtout pas pour proposer un abonnement à on ne sait quoi. Normalement, si on utilise une Freebox, on doit, avant de composer le numéro de la personne à qui vous voulez parler – ou pourrir la vie –, taper sur le clavier du téléphone la suite de caractères que voici : *31* (jusque là, c’était le *31#, mais cette astuce a changé). J’ai vérifié, cela fonctionne si, depuis un fixe branché sur une Freebox, vous appelez un mobile quelconque : sur l’écran du mobile appelé s’affichera la mention « Appel privé ».

Donc, la totalité de cette émission france-interienne n’est qu’un festival de bla-bla-bla.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :