La légende de Simon de Cyrène

Publié le par Yves-André Samère

On trouve, dans le récit (?) de la crucifixion de Jésus, un épisode très curieux, et manifestement inventé dans sa totalité, celui qui met en scène un certain Simon de Cyrène. Ce récit figure dans les évangiles de Matthieu, de Marc et de Luc. Matthieu (chapitre 27, verset 32) dit que les soldats romains qui conduisaient Jésus au supplice « trouvèrent un homme de Cyrène du nom de Simon, et le requirent pour porter sa croix » ; Marc (chapitre 15, verset 21), que les mêmes soldats « forcèrent à porter la croix de Jésus un passant qui revenait des champs, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus » (c’est le seul qui nomme les fils dudit Simon) ; et Luc (chapitre 23, verset 26), qu’ils « prirent un certain Simon de Syrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus ».

Jean, lui, ne parle pas du tout de ce Simon, et se contente d’écrire que Jésus porta seul sa croix.

Ici, une double précision : le condamné ne portait jamais sa croix entière, beaucoup trop lourde (sinon, elle n’aurait pas pu supporter le fardeau d’un homme à crucifier), et l’endroit où Jésus avait été condamné était un palais, où l’on n’entreposait certainement pas des instruments de supplice ! Ce qu’il portait, c’était le patibulum, la poutre supérieure à laquelle on attachait les bras de la victime, selon la loi romaine.

Cette anecdote, la seule où figure Simon de Cyrène, fut tenue pour sérieuse jusqu’au dix-neuvième siècle, mais on l’a un peu mise de côté, tant elle semble discutable.

Or elle donna lieu à une hypothèse hautement improbable, selon laquelle les soldats, parce que Simon « portait la croix », le crucifièrent, lui, et non Jésus. Et donc, ce n’est pas Jésus qui mourut sur la croix, mais Simon de Cyrène.

Précisons que les simples soldats n’avaient certes pas le pouvoir de changer de condamné en cours de route. Et inutile de dire que l’Église catholique n’a pas validé cette légende, qui flanquait en l’air la totalité du double compte-rendu de la crucifixion et... de la résurrection ! Or, semble-t-il, ce furent les propres fils de Simon de Cyrène, les fameux Alexandre et Rufus, qui l’avaient propagée !

Déjà, une polémique sur le droit d’auteur...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Dans "la vie de Brian", les Monty Python ont repris la thèse de l'usurpation d'identité !
Répondre
Y
Il faudra que je visionne de nouveau ce film, que je connaissais déjà, d’ailleurs. Mais tout ce qui a été raconté sur Jésus est très fantaisiste.