Vivre « une aventure » ?

Publié le par Yves-André Samère

Non, je ne vais pas sangloter sur le sort de Simon Gautier, mort accidentellement en montagne, pour avoir voulu « vivre une aventure » – et seul, qui plus est, ce qui constitue le comble de l’imprudence la plus sotte.

Ceux qui critiquent les gens de bons sens, lesquels pensent en gros la même chose que moi, envoient aujourd’hui des injures voilées, dans le style de celle-ci : « La liberté, l’appel des grands espaces, le goût de la solitude, de la contemplation, les longues heures à marcher et à méditer, cela ne les effleure pas ». Ouais... Et le « goût » de ne pas mettre en danger la vie DES AUTRES, ça compte pour des clopinettes ? Cette critique est parfaitement crétine.

Ce pauvre mort aurait dû se souvenir, comme tout le monde, qu’on ne part pas seul dans une aventure pareille. Il a joué, il a perdu. Amen. Réservons nos louanges posthumes à ceux qui œuvrent pour autrui. Pas pour leur plaisir personnel et le désir de se sentir supérieur au vulgum pecus, qui reste devant sa télé – chaussé de pantoufles, c’est certain. Ah, ces salauds qui n’obligent pas leurs semblables à venir les tirer du pétrin où ils se sont abstenus de se fourrer eux-mêmes ! Comme l’a dit Brassens dans Don Juan, « Gloire à qui n’ayant pas d’idéal sacro-saint / Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins ! »

 

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Une amie, qui fait régulièrement de la randonnée, ne part jamais seule, la moindre des précautions.
Et puis... ce garçon croyait qu'il serait géolocalisé immédiatement, mais dans cet endroit sauvage, point de relais. Comme en haute mer (on voit mal des bouées avec des relais). Donc, et je suis triste pour lui, il rejoint les 30 à 40 morts chaque années aux sports d'hiver, ou les noyés, environ autant, l'été en vacances. Comme vous le dites, plutôt compatir pour tous ces courageux qui risquent leur vie (et la perdent quelquefois) pour sauver des inconscients.
Répondre
Y
Eh oui, mais ces accidents ne servent jamais de leçons à qui que ce soit...