Diriez-vous « jusqu’à aujourd’hui » ?

Publié le par Yves-André Samère

Une expression qui m’agace souvent, c’est celle-ci : jusqu’à aujourd’hui. Très répandue, mais fautive, et presque autant que le fameux au jour d’aujourd’hui.

C’est que les deux trébuchent sur le même pléonasme : la répétition inutile de la préposition « à ». Attendu, en effet, que le seul mot aujourd’hui contient déjà cet à fatal, il est inutile, bête et ridicule de le répéter.

Par conséquent, la forme correcte est jusqu’aujourd’hui.

Alors, oui, je sais bien que Proust soi-même a commis la faute, dans La prisonnière, mais faudrait-il imiter les grands auteurs en reproduisant leurs fautes, donc en se prenant les pieds dans la récidive ? J’ai déjà signalé que Voltaire avait écrit être PRÊTE de quand il aurait fallu écrire être PRÈS de (et dans son Candide, pour ne rien arranger !) Et je comprends que, si la majorité des Français disent jusqu’à demain, qui est irréprochable, ils estiment, par comparaison, que l’analogie peut les pousser à dire jusqu’à aujourd’hui. Il n’empêche que cette lourdeur, à elle seule, suffirait à bannir cette tournure.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

I
Jusqu'ici tout va bien.
Répondre
Y
C’est une approbation ?