Haro sur Greta ?

Publié le par Yves-André Samère

En ce moment, le sport national, voire international, consiste à taper à coups redoublés sur Greta Thunberg. Prétexte : son discours public dans lequel elle s’en prend à tous les hommes politiques qui ne parlent et ne se soucient que d’argent, et zappent la raison pour laquelle elle paraît devant eux : « Comment osez-vous ? », leur a-t-elle demandé, en larmes.

Je confesse qu’au début, j’étais un peu défavorable à ses prises de position, et me trouvais assez proche des opinions de Michel Onfray. En gros, elle récite une leçon apprise par ceux qui lui ont écrit son texte, et elle est légèrement à côté de la plaque. Mais, ces jours-ci, ces adultes qu’elle fustige publiquement vont trop loin, et la qualifient tous de « malade mental », bonne à enfermer. Comme si ses opinions ne valaient rien et qu’on ferait mieux de la boucler dans une cellule capitonnée.

Eh bien, pour parler net, je ne trouve pas ce comportement très élégant, et ces beaux messieurs, tous, mériteraient à leur tour de revêtir une camisole de force, ces lâches. Qu’elle ait tort ou raison, peu m’importe, on ne lynche pas une jeune fille de seize ans pour avoir dit ce qu’elle pense. Les adultes devraient apprendre à se tenir. Souvenez-vous de Macron faisant la leçon au jeune Joris, qui l’avait appelé « Manu », et y a gagné de se faire ridiculiser en public, avant d’être traité comme le dernier des derniers dans une vidéo mise sur le site de l’Élysée. Comment a-t-il osé, lui aussi ?

Voilà, c’est dit.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

B
Elle a un gros défaut , elle fait parti de la gente féminine , et cà c''est impardenable, et c'est pas nouveau Entendu ce matin chez Léa Salame :Pernette Perriand-Barsac au sujet de Charlotte Perriand, sa mère designeuse : "Il faut toujours qu'on la marie avec un homme". La designeuse arrive dans le monde de l'architecture, "un monde viril". Le Corbusier le grand architecte de l'époque était un grand misogyne et la première fois qu'elle est arrivée chez lui il lui dit "ici on ne brode pas de coussin. Pour lui, les femmes s'occupaient de l'intérieur et les homme de l'extérieur. "
Répondre
Y
Ce type de mentalité, on va encore le traîner quelques dizaines d’années. Les choses changent peut-être, mais à la vitesse d’un escargot à bout de souffle.
D
Elle fait ce qu'elle pense devoir faire. Mais d'un autre côté sa médiatisation est en train de la détruire, car elle est fragile, et d'autre part elle ne fait que répéter, avec ses mots, les diagnostics du GIEC.
C'est bien que cela soit dit, mais on peut regretter que ce soit à son détriment. Car elle n'a que 16 ans, et est plus instable que l'on ne pense.
Je la plains sincèrement, bien qu'elle ne soit pas bien aimable (c'est ce qui me plaît, d'ailleurs).
Répondre
Y
On se demande si elle a des parents ! Que fabriquent-ils ?