Perle musicale

Publié le par Yves-André Samère

Perle, entendue ce matin sur France Inter à 8 heures 40, dans la bouche d’Anna Sigalevitch : nous allons écouter l’œuvre d’un grand cinéaste, qui était aussi un grand musicien, Charles Chaplin (!).

Charlot, un « grand musicien » ? Sans blague ? Ce cinéaste (ce que je ne conteste pas) plagiait impunément les compositions des autres, sans que nul ose contester ses emprunts. Son emprunt le plus connu se trouvait dans son film Modern times (en français, Les temps modernes), sorti en 1936. Il avait recopié intégralement la mélodie de cette chanson stupide, connue en français sous le titre Je cherche après Titine. Il s’était contenté d’y coller des paroles en charabia, d’ailleurs ineptes. La première fois que j’ai entendu cette grande œuvre, je suis resté stupéfait devant le culot chaplinesque.

Quoi qu’il en soit, écoutez la ICI, au cas où la chose vous tenterait. Pour les autres films du grand musicien [sic], c’était du sirop, de la guimauve assez écœurante. Comme il n’avait aucun goût, il se contentait des airs sentimentaux.

Mais il y a des amateurs partout...

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

thomas 13/10/2019 23:23

Donc vous ne pouvez pas totalement savoir, n'ayant pas chercher à fouiller davantage, et le pluriel '' les compositions des autres '' (si on excepte évidemment le titre '' Titine '', que Brel avait également remanié à sa sauce en 1964) peut paraître infondé. Enfin ça ne fait pas de moi un fanatique du chaplinisme non plus.

Yves-André Samère 14/10/2019 08:22

Je ne suis fanatique de rien et de personne.

thomas 13/10/2019 18:56

Bonjour, très intéressant, auriez-vous d'autres noms d'artistes musicalement copiés par Chaplin ?

Yves-André Samère 13/10/2019 19:54

Non, car je n’ai pas cherché. Il faudrait pouvoir lire les génériques de tous ses films, or je n’en ai aucun dans mes archives, et ils ne m’intéressent pas assez pour que j’y consacre du temps. Il y a bien d’autres cinéastes qui retiennent mon attention ! Le plagiat de la chanson sur Titine m’avait frappé la première fois que j’ai vu le film, et je m’en suis souvenu, sans vouloir pousser plus loin. D’autres ont peut-être fait mieux que moi.