Les méfaits des ordinateurs

Publié le par Yves-André Samère

Je crois que je vais laisser tomber Internet, je n’en peux plus. Non seulement mes logiciels de courrier sont farcis de bogues et refusent de s’ouvrir, mais ils ne cessent de me réclamer des mots de passe que leurs webmasters changent sans arrêt, tout en prétendant m’avoir envoyé un nouveau mot de passe, sans me dire où ils l’ont envoyé. Voilà trois jours que je bataille contre ces apprentis sorciers, et le comble, c’est qu’ils ne sont pas les seuls, Microsoft aussi s’est mis de la partie.

Voici le détail : mon ordinateur Asus déraillait complètement – n’achetez jamais un appareil de cette marque, conseil d’ami –, et j’ai entrepris de réinstaller Windows, ce qui m’a pris deux fois trois heures, entre hier et aujourd’hui. Le comble, c’est que, l’installation du nouveau Windows étant achevée, je croyais pouvoir m’en servir, mais non : il exige au démarrage un « mot de passe Microsoft » qu’évidemment je ne connais pas, et qu’on promet de m’envoyer par SMS sur mon téléphone mobile, lequel, l’andouille, ne reçoit rien de tel. Après deux heures d’attente, une voix féminine, qui dit s’appeler Cortana, se déclare « impatiente de commencer à [me] rendre service », laisse tomber son insistance et ne m’empêche plus d’entrer. Chez ces forbans, personne ne songerait que le meilleur moyen de me rendre service serait de me foutre la paix et de me laisser utiliser ma bécane, ce que je fais très bien tout seul, sans me harceler avec leurs demandes stupides.

On voit à quoi tient tout cela : en savoir le maxixmum sur moi et sur vous, pour mieux nous envoyer leur camelote, moyennant finances, comme toujours.

J’ai failli oublier un GROS détail : la nouvelle édition de Firefox, la 71, vous « offre » un tas de nouveautés, dont la plus dangereuse s’appelle Hello. Refusez-la, elle est pire que tout. J’ai eu la bêtise, par curiosité et sympathie pour Firefox, d’accepter son installation, et voici ce qui s’est produit au démarrage suivant de ma bécane : elle a exigé de moi un mot de passe, encore un, et qui servait à autre chose. J’ai tapé ce dont je me souvenais, le bidule a démarré, et j’ai commencé à tenter de travailler un peu, histoire de me reposer. Eh bien là, surprise, un écran bleu ! Ne restait plus qu’à redémarrer en force, ce qui prend énormément de temps car tout est devenu trop lent, mais peine perdue : j’ai eu ainsi QUATRE écrans bleus à la suite. Et aucun programme n’a consenti à fonctionner. Que voulez-vous faire si vous ne pouvez même pas commencer ?

De guerre lasse, j’ai installé un nouveau Windows sans aucun de mes logiciels habituels, tous sacrifiés, que je devrais réinstaller un par un, seulement quelques dizaines dont j’ai grand besoin, ce qui laisse présager quelques jours de travail acharné.

Leçon : tout tient à une seule cause, la trouille universelle. Chacun a peur d’être piraté, alors on mutiplie les obstacles aux pirates supposés, avec des gardes-chiourme virtuels.

Alors, si un de vos enfants vous raconte qu’il est un as en informatique et qu’il lui faut d’urgence un ordinateur, ne l’écoutez pas, vous lui prépareriez une vie infernale : un ordinateur, ça ne sert pas seulement à jouer aux jeux vidéos, comme il le croit.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
Le KGB, c'est l'école maternelle en comparaison. L'autre jour, mon assistant vocal s'est ouvert sans même que je le sollicite (sachant que je ne l'utilise jamais) et enregistrait tout ce que je disais à ma sœur. Dieu merci, j'ai pu m'en apercevoir à temps. Mais tout de même...
Répondre
Y
Ça se désactive. Tout comme j’ai collé un cache sur la webcam intégrée à mon ordinateur, puisque j’étais menacé d’être espionné.
K
Je ne vous ferais pas l'affront de croire que vous ignorez les alternatives , au lieu de se jeter par la fenêtre , devenez un peu plus libre . Ça commence par un 'L' et fini par un 'X'
D'ailleurs, je vous lis sous ce système ...
Répondre
Y
J’ai fait quelques essais avec Linux, mais il a trop de lacunes, selon moi. Et je ne suis pas sûr qu’il évite tous les pièges dont Microsoft a le secret.
D
Bon courage, on vit une époque formidable.
Répondre