Super-star ?

Publié le par Yves-André Samère

Je suis à peu près certain que, tout comme moi, cela vous horripile d’entendre ou de lire que n’importe qui se voit qualifié de « super-star » pour avoir montré sa binette une ou deux fois à la télévision !

Des stars (traduction, des vedettes, ou des « étoiles », dans les domaines qui plaisent aux foules), il en a existé quelques-unes, surtout dans le cinéma hollyoodien, mais c’est de l’histoire ancienne. Aujourd’hui, je n’en vois plus guère, et d’autant moins qu’en France tout au moins, on n’acquiert pas la célébrité si on n’est pas moche. Voyez les Sandrine Kiberlain, les Romane Bohringer ou les Charlotte Gainsbourg ! Ces trois-là n’auraient jamais tourné plus d’un film à Los Angeles à l’époque de Marlene Dietrich ou de Rita Hayworth, et on leur aurait rapidement montré le chemin de l’aéroport.

Chez nous, Alain Delon n’a jamais eu de successeur, ni pour le physique, ni pour le talent. Et en Italie, seul Mastroianni demeure sur son piédestal.

Ne parlons pas des acteurs états-uniens : aux États-Unis, on a le culte, non du talent (pourquoi Nicolas Cage fait-il encore du cinéma, alors que son seul atout est d’être le neveu de Coppola ?), mais de la beauté physique. Sans cela, les trois-quarts des vedettes seraient au chômage.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :