Radios : assez de mauvaise musique !

Publié le par Yves-André Samère

Détestable habitude des radios, qui est d’interrompre une narration passionnante pour passer ce qu’elles appellent « un peu de musique ». Ce matin, j’ai écouté en différé (dans le milieu, on utilise sans aucune raison le mot anglais podcast) une émission instructive sur Hedy Lamarr, émission qui passait hier soir sur France Inter, et qui parlait de la célèbre actrice, également connue comme inventrice d’un système de détection des torpilles allemandes durant la Deuxième guerre allemande. Or, au bout de quarante-six minutes sur les cinquante-quatre que durait ce programme, on a interrompu le récit pour passer un disque truffé de rap !

Je connaissais très bien l’histoire d’Hedy Lamarr, pour avoir a vu à la télévision un documentaire sur cette partie de son existence, et pour avoir lu son autobiographie, très discrète d’ailleurs sur ses recherches scientifiques... que la Navy, organisation rétrograde et à laquelle elle l’avait proposée, a dédaignée – les mérites de cette invention n’ont été reconnues qu’en... 1981 !

Cette sale habitude de diffuser de la pseudo-musique pour aider l’auditeur à supporter la parole des gens qui ont quelque chose à dire, cela est détestable. Or, à la radio, rarissimes sont les émissions qui évitent un tel écueil. Autrefois, il y avait les Radioscopies de Jacques Chancel. À la même époque ou peu s’en faut, Le masque et la plume est venu tardivement à la prééminence de la seule parole, dès que François-Régis Bastide a cessé de présenter l’émission (Mitterrand, en 1981, avait nommé Bastide au Danemark, puis en Autriche !), laissant la place à l’excellent Pierre Bouteiller, qui avait supprimé l’intermède musical occupé par un pianiste, lequel improvisait. Et jusqu’au Tribunal des Flagrants Délires qui invitait des chanteurs, en feignant de croire qu’ils étaient là en qualité de témoins !

Aujourd’hui, cette amélioration n’a plus cours, bien au contraire, puisque les animateurs se croient tenus d’agrémenter leurs émissions avec la « playlist » (sic) de leurs invités : la liste des chansons qu’ils écoutent « en boucle », comme on dit stupidement – le plus souvent du rap, genre pseudo-musical qui n’a aucun rapport avec quelque musique que ce soit.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

M
"Le plus souvent du rap, genre pseudo-musical qui n’a aucun rapport avec quelque musique que ce soit". Pourquoi tant de mépris envers le rap ? Je n'en suis (pourtant) pas un grand adepte, mais je ne comprends pas que l'on puisse faire preuve d'autant de "radicalité" à l'encontre d’œuvres artistiques que l'on n'apprécie pas. Mon incompréhension est d'autant plus grande que vous semblez avoir une grande largesse d'esprit.
Allez, voici un lien vers une chanson d'Orelsan que j'apprécie particulièrement : https://www.youtube.com/watch?v=oGdhZyS2ozo
Je vous invite d'ailleurs à prendre quelques minutes pour écouter certaines de ses compositions. Bonne journée !
Répondre
Y
Je ne prendrai PAS quelques minutes pour écouter du rap, qui n’est qu’une caricature de la musique. Simple question, qui a déjà vu une partition de rap ? Résumons : pas de changement de ton en cours de route, pas de changement de nuances, pas de changement de tempo, jamais de transposition, rien. Uniformité tout au long du morceau. Le vide. C’est d’un ennui mortel.

NB, je connais Orelsan. Garçon intelligent, mais qui devrait tenter de faire de la vraie musique. Comparez avec Queen et leur fameux ’Bohemian rapsody’...

Et la vraie musique, je connais aussi.
R
Que dire des documentaires télévisés ? Musique omniprésente, assourdissante voire agressive. J'ai tenté de regarder une émission sur les trous noirs diffusée par Arte. J'ai tenu 10 minutes tant mes tympans furent agressés par un fond sonore dramatisant, à la limite du ridicule, masquant les propos tenus par les différents intervenants. Mais, comme le dit mon médecin traitant, une génération de sourds et de déficients visuels à force de casques audio et écrans de la taille d'un confetti.
Répondre
Y
Dans un cas pareil, je coupe l’écoute et je passe à autre chose. On ne doit pas se laisser importuner par qui que ce soit.
D
Sur France Culture, l'excellente émission de Xavier Mauduit, "le cours de l'histoire" (un sujet, quatre émissions sur la semaine, ils privilégient le temps long, eux), diffuse des chansons, mais elles sont toujours en relation avec le sujet. Comme un document, en quelque sorte. Le rap n'y a pas trop sa place (je vois mal du rap au sujet de Bonaparte devenant Napoléon...). Mauduit a eu, avec Philippe Colin, une émission sur Inter dans les années 1990, qui m'a laissé un excellent souvenir.
D'autre émissions, les scientifiques souvent, n'ont pas ce genre de coupure. C'est reposant. J'écoute aussi France Inter, selon l'heure, et la nuit les rediffusions. C'est vrai que les coupures "musique" sont les malvenues.
Répondre
Y
Si seulement on diffusait mon pianiste préféré, Alexandre Malofeev ! Mais comme j'ai téléchargé tous ses concerts, je ne suis pas frustré. Non, ce qui m’horripile, c’est qu’on coupe la parole à ceux qui ont quelque chose à dire.