Une nouvelle ère ?

Publié le par Yves-André Samère

Nous vivons une période assez spéciale, dirai-je pour ne pas contrarier qui que ce soit. Ainsi, les émissions de télévision ont renoncé à tout public, ce qui est très reposant, car on échappe enfin aux applaudissements systématiques d’un public qui n’est pas très regardant et obéit, à la baguette, aux ordres d’un chauffeur de salle.

À la radio, c’est encore plus marrant : tous les chroniqueurs disent leur chronique depuis... chez eux. Les animateurs, s’ils sont présents, font ce qu’ils peuvent, avec économie. Ainsi, hier, Stéphane Bern (vous savez, l’animateur qui trouve Joël Dicker « formidable ») a fait toute son émission quotidienne depuis chez lui, rue des Martyrs. Et ses invités ont bien fait acte de présence, mais au téléphone. J’adore ça, d’apprendre que Charline, de France Inter, était chez elle... en robe de chambre. Si seulement les hommes politiques suivaient cet exemple ! Naturellement, la plupart des émissions sont de vulgaires rediffusions, mais ça, c’est du tout venant, on nous en inflige tout au long de l’année et quotidiennement.

Les théâtres, à commencer par l’Opéra, sont tous fermés, mais ils diffusent leurs pièces en vidéo. Je me demande si le Crazy Hors Saloon a suivi le mouvement.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Assez amusant, en effet, entre la grande grève du début d'année, puis maintenant le grand virus, on est gâtés question radio cette année ! A la télé, de même, mais là je suis moins compétente. Je crois que là où ça se gâte pas mal, c'est pour les émissions sur le sport, qui sont sans doute à l'arrêt.
Le soleil est resplendissant, ce qui me fait constater que je devrais nettoyer mes vitres. Je ne sais pas pourquoi, mais je pense que j'ai tout le temps devant moi pour le faire...
Répondre
Y
J’ai aussi tout mon temps. Mais je ne vais pas nettoyer mes vitres !