La vue, mais... le vent !

Publié le par Yves-André Samère

Une de mes amies habite près de l’aéroport de Marignane, qui dessert Marseille. À première vue, on pourrait envier une personne qui, selon les statistiques, bénéficie de 2835 heures d’ensoleillement par an.

Hélas, toute la région est aussi la cible du mistral, un vent violent « à décorner les bœufs », comme on dit dans le grand monde – perspective rebutante. Or, pour ma part, je déteste le vent, et, pour rien au monde, je n’accepterais de vivre dans les Bouches-du-Rhône. Je n’ai connu ce désagrément qu’un jour où un ancien camarade d’école, qui vivait à Aix-en-Provence, m’avait emmené visiter les Baux-de-Provence. Du haut du plateau, on a une vue vertigineuse du panorama, c’est très beau (Cocteau y a tourné Le sang d’un poète), mais le vent qui y souffle vous ôterait tout désir qui vous y attarder.

C’est ainsi, tout avantage se double d’un inconvénient. Et, tous comptes faits, je préfère le climat de Paris, malgré son instabilité.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

F
Bonjour YAS.

Une anecdote à ce propos. Alors que j'étais animateur, il y a 30 ans pile, justement un jour de sortie aux Baux, j'ai bien cru à un moment voir une rafale inouïe emporter vers ce panorama magnifique que vous évoquez un des petits choux de mon groupe... Authentique. Une des trouilles de ma vie !

PS : Au fait, le Mistral est insupportable dans la vallée du Rhône; à Marseille, cela nous vaut quelques journées spectaculaires, surtout du côté de la mer !
Répondre
Y
Je ne pense pas qu’on soit exaucé DE quelque chose. Le verbe "exaucé" attend un complément d’objet DIRECT. Par conséquent, ce sont les vœux qui sont exaucés.
F
L'enfant n'avait aucune chance d'échapper à ma vigilance mais, oui, l'instant de cette rafale, je l'ai cru exaucé de* ce voeu...

* je ne suis pas sûr de la formule !
Y
Mais cet enfant s’est-il vraiment envolé, comme Superman, ou s’est-il simplement caché ?