Qu’est-ce qu’on rigole !

Publié le par Yves-André Samère

Amis lecteurs, j’espère pour vous que votre moral est meilleur que le mien, car je passe la totalité de mon temps à tenter de communiquer avec deux redoutables brigands sévissant sur Internet, à savoir Free et OVH. Tous deux se caractérisent par les mêmes vices : outre leur service déplorable et qui relèverait de la correctionnelle, impossibilité de parler à un être humain, incapacité de répondre de manière sensée après avoir compris l’objet de ma réclamation, et les mêmes éléments de langage inlassablement radotés, sur le mode merci-d-avoir-pensé-à-nous-qui-nous-épuisons-à-vous-satisfaire. À ce régime, je suis au bord de la dépression nerveuse.

J’ai été à deux doigts de mettre fin à ce bloc-notes, qui, finalement, à l’aide d’un vieil ordinateur très peu pratique, me permet quand même, à la rigueur, de rédiger des communiqués assez courts et sans inspiration. Excusez-moi, je ne le fais pas exprès. Mais c’est épuisant, et je renonce à cette rubrique assez vaine, Le mot du jour.

On le sait bien, que tout va mal partout. Mais j’en prends ma part, tout à fait involontairement, croyez-le !

Toutes mes excuses.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

N
Comme Dominique, me voilà désolée d'apprendre vos mésaventures. J'espère que vous reprendrez cette rubrique quand tout sera réglé. C'est une bonne chose que vous puissiez tout de même continuer d'alimenter votre blog.

Une lectrice (plus vraiment) silencieuse.
Répondre
Y
Merci à vous aussi ! Pour le moment, je ne suis guère inspiré. Une compensation néanmoins, l’opération chirurgicale qui était prévue et avait été ajournée en vue de libérer des lits d’hôpital a été reprogrammée pour le 13 mai, date historique. On va pouvoir, au moins, me rafistoler physiquement. Mes petits écrits vont reprendre, mais je ne sais pas vraiment dans quel style. On verra bien...
D
Pour que les mots inconnus ne le soient plus, il faudrait que les maux soient connus et surtout résolus !
Foi de Don Liau, qui se prend pour Don Quichotte se doit dans le nez de ne ne jamais renoncer, même quand c'est la panade dans la confinade !
Répondre
Y
Merci, je me sens soutenu, c’est déjà ça. Quant à la panade dans la confinade, j’aime l’expression. Quant à résoudre les maux, c’est l’affaire des escrocs qui gèrent au plus mal les accès à l’Internet, or seul l’argent les intéresse.
D
Vraiment, je suis désolée. Pour vous, et égoïstement pour moi. Ce que je souhaite de tout cœur, dans la bataille que vous menez, c'est que vous réussissiez à vous en sortir, que l'on retrouve vos mots inconnus, et tout le reste.
Répondre
Y
Merci. J’ai souvent l’impression d’être Don Quichotte.