Difficile, de tuer un homme !

Publié le par Yves-André Samère

L’assassinat de George Floyd aux États-Unis (oui, assassinat, ce n’est pas un lapsus) par un policier a provoqué des manifestations partout dans le monde, et c’est une réaction normale, qui va peut-être ouvrir la voie à une forme de civilisation nouvelle.

Mais comme tout me rappelle un film, cette séquence de près de neuf minutes a évoqué pour moi une scène d’un film d’Alfred Hitchcock, Torn curtain (en français, Le rideau déchiré), qui tendait à montrer combien il est difficile de tuer un homme. Les deux meurtriers étaient interprétés par Paul Newman et Julie Andrews, deux citoyens yankees, en mission d’espionnage derrière le rideau de fer. Et, en effet, la scène de cette exécution d’un policier de l’Allemagne de l’Est donnait une impression pénible, et rejetait les deux Yankees dans le camp des assassins.

Comme quoi, les films aussi peuvent faire prendre conscience aux indifférents qu’ils ne sont pas forcément dans le camp du bien.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

D
Le pire, je crois, c'est le regard calme, indifférent, du policier les mains dans les poches, face caméra.
Pour en revenir aux films, bien souvent quand un type en étrangle un autre, ça prend une minute. En fait, pour tuer une personne par strangulation il en faut dix fois plus. C'est bien du Hitchcock de rétablir la vérité dans toute son horreur !
Répondre
Y
Bien sûr, que ça prend du temps ! Comme quoi, la plupart des films ne peuvent pas être pris au sérieux.