Ennio Morricone

Publié le par Yves-André Samère

Le compositeur italien Ennio Morricone est mort ce matin, à l’âge de 91 ans. Et, franchement, je n’aimais pas sa musique, qui faisait un peu gadget. En vérité, aucun compositeur n’arrive à la cheville de Bernard Herrmann, dont la carrière ne comporte aucune médiocrité : lui a commencé au cinéma avec Citizen Kane et a fini avec Taxi Driver, qui ne valait que par sa musique, puisque le film lui-même n’a été réalisé que par ce ringard qu’a toujours été Martin Scorsese.

Je ne vois pas grand-chose à écrire sur Morricone, qui n’a vraiment plu qu’aux amateurs de mauvaise musique. En Italie, il vient très loin derrière Nino Rota, qui avait musiqué Le guépard, dont la partition (avec quelques emprunts à Verdi) était sublime.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :

C
Morricone , archétype du racoleur qui veut en mettre plein la vue au détriment de l'ouïe . En revanche quelqu'un comme le très bon Georges Delerue m'a fait supporter l'ennui que j'ai éprouvé à regarder le Mépris !Michel Legrand ; quelle audace , quel choc avec "les parapluie " le "Yeltl" de Barbra . J'aimais beaucoup l'inventivité de gens comme François de Roubais et Michel Magne .
Répondre
Y
Oui, je les connais tous. Mais j’apprécie moins Michel Magne.
R
Suite à une chute, son processus vital était engagé.
Répondre
Y
Je sens que le mien aussi est engagé. « Engagez-vous, rengagez-vous », qu’y disaient.
D
Avez-vous remarqué les initiales de son nom et de son prénom ?<br /> Don Liau
Répondre
Y
Joli numéro d’imitation !
Y
Il a sûrement fait exprès ! On aurait dû le nommer à la Culture.