La Poste : persistance dans la défaillance

Publié le par Yves-André Samère

Le 18 juin 2008, dans un article vengeur, je détaillais les manquements de la Poste à tous ses devoirs. Mais rien n’a été modifié, ni ne s’est le moins du monde amélioré.

Ainsi, ce matin, je découvre dans ma boîte aux lettres un avis de passage du facteur, déposé hier à 14 heures 30, et prétendant que j’étais « absent » lors de son passage. Pur mensonge, évidemment, mais les facteurs en sont coutumiers : comment ces fonctionnaires trouveraient-ils le temps d’aller au bistrot avec leurs potes s’ils le perdaient, ce temps, à prendre l’ascenseur pour venir me remettre mon courrier en mains propres, comme le cochon de contribuable a le culot de s’attendre ?

Donc le travail, non seulement n’est pas fait, mais il est salopé quand par hasard il est commencé. Mais tout le monde sait que cette apothéose de la médiocrité a été programmée naguère, Chirac étant au pouvoir, afin de dégoûter les électeurs du service public, qui ne rapporte rien !

Reconnaissons que c’est en bonne voie.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :