Moi aussi, je ressuscite les morts

Publié le par Yves-André Samère

Je n’étais pas allé au cinéma depuis le 23 mars. J’ai donc traversé une période de purgatoire un peu longuette, qui a pris fin ce matin, avec Été 85, le film de François Ozon, vu au MK2 Beaubourg, la salle la plus proche de chez moi, et qui a commencé la projection avant toutes les autres salles parisiennes. Ce qui m’a permis de ressusciter mon site consacré au cinéma. Vous connaissez l’adresse.

Malheureusement, comme je l’ai constaté depuis longtemps et comme je l’ai noté dans ma critique rédigée immédiatement après, Ozon réussit un film sur trois, et cette fois, ce n’est pas la bonne. Tant pis, on attendra.

De toute façon, les films sont de plus en plus mauvais, et je traîne désormais les pieds pour satisfaire en salles ma boulimie cinématographique. Alors, comme tout le monde, je vois des films chez moi, soit ceux diffusés à la télévision, soit ceux que je télécharge. Faites-en autant, ce n’est pas un péché.

Écrire ci-dessous une ânerie quelconque :